Tout savoir sur Crowdspirit, une start up française

Je vous ai parlé il y a quelques jours de Crowdspirit, un projet innovant lançé depuis la France, qui aimerait inclure le consommateur au sein de la réalisation du produit. Comme mes explications étaient très générale, j’ai demandé ? Lionel David chef de projet de Crowdspirit de répndre ? quelques questions.

L’interview est très riche en infos, je pense que Lionel nous donne ici beaucoup d’éléments concrets indispensables pour comprendre les enjeux d’une telle réalisation mais aussi se faire une idée sur cette start up déja primé par une réference américaine Springwise, qui l’a élu 4ème meilleure idée de business en 2006.

Bonjour, Lionel. Merci d’accepter de répondre ? mes questions.

Peux tu te presenter (toi, ton équipe, ta femme…) en quelques lignes ?

 [LDA]->Nous sommes une équipe de jeunes trentenaires (? part Craig qui a la quarantaine) qui évoluons dans des mondes complémentaires pour ce projet. Pour ma part, j’évolue dans le monde de la supply chain électronique, Raphael dans le monde de l’édition de logiciel, Sébastien dans le marketing web et Craig dans le conseil en Information des Technologies. Je suis breton et j’habite ? Grenoble étant passionné par la montagne. Raphael est breton aussi mais vit sur Paris. Sébastien habite Grenoble et Craig sur Edinburgh.

Peux tu nous présenter en quelques lignes le concept du site que vous êtes en train de lancer ?

[LDA]-> Le principe de CrowdSpirit est de développer des produits électroniques innovants ? destination du grand public ? l’aide d’une communauté dite « CrowdSourcing ». Cette communauté sera complètement impliquée de bout en bout dans la réalisation des produits depuis l’idée jusqu’au support en passant par la distribution et la vente. Les membres de cette communauté seront rémunérés en fonction de leur niveau de contribution aux différents produits.

Depuis combien de temps travaillez vous sur cette idée ?

[LDA]-> Le projet a démarré en septembre 2006.

Comment avez vous eu cette idée ?

[LDA]-> Je pourrai essayer de « romancer » l’histoire et dire que je l’ai eu un flash en prenant ma douche mais ca serait mentir. Je dirais que cette idée est le résultat de plusieurs mois de recherches, d’investigation, de recoupements de tendances en tout genre et même d’essai. Le fil conducteur a toujours été le fait de fusionner la technologie Web et l’industrie manufacturière, étant donné que cette dernière fait partie de mes compétences. Cela étant, tout c’est accéléré cet été en revenant d’un concert de Sigur Ross aux Eurockéennes de Belfort où je me suis dit que ça serait bien de reproduire un tel évènement en l’organisant avec des passionnés, créant ainsi une sorte de communauté. Raphael, qui est un ami, m’a alors orienté sur le crowdsourcing et je dois dire que j’ai tout de suite vu le parallèle avec l’industrie électronique qui est le monde « manufacturier matériel » le plus amené ? intégrer cette révolution. J’ai ensuite pris contact avec un autre ami, Sébastien, et nous avons lancé le projet. Craig, étant intéressé par l’idée, s’est porté spontanément candidat et nous l’avons immédiatement accepté dans cette aventure. Il a été en quelque sorte la première ressource Crowdsourcing de ce projet 😉

Avez vous conscience que c’est un truc de dingues ?

[LDA]-> Oui en effet, plus nous rentrons dans le projet, plus nous nous rendons compte que ce projet est vraiment dingue. Non pas qu’il est irréaliste car c’est tout l’inverse mais plutôt que le potentiel est absolument énorme. Je pense qu’il faut séparer l’idée de base de notre business model ? savoir le crowdsourcing de produits électronique qui n’est ni plus ni moins que la suite logique d’une tendance de fond déj? amorcé. En effet, le web et notamment sa nouvelle génération annonce l’ère de la participation et nous y avons vu une complémentarité parfaite avec l’industrie matériel. En effet, l’innovation est très présente dans le secteur des produits électroniques et afin de permettre ? tous d’y participer, seul le crowdsourcing pouvait rationaliser l’innovation dans un tel secteur. Une chose est sûre le crowdsourcing annonce une véritable révolution (c.f. article ) dans le monde de l’industrie. Le train est en marche et nous voulons devenir des passagers privilégiers qu’on écoute et qui inspire. Les tenors de l’industrie, tel Amazon (c.f. Annonce ) ont déj? annoncés qu’ils envisageait ce changement de modèle et que cela faisait partie de leur stratégie long terme ..ouf !. L’objectif est donc de ne pas perdre de temps et pour cela, la communauté toute entière sera impliquée, ? chaque étape du projet..

Pourquoi n’y a t il pas de VF alors qu’il y a une majorité de frenchies dans l’équipe ?

[LDA]->

  • Tout d’abord, notre business model est clairement universel et donc international. Nous disposons de 2 types d’audiences, l’audience pour la plateforme communautaire et l’audience auprès des acheteurs, les 2 étant intimement liées, la première étant prescriptrice pour la seconde.
    •    Pour la première, nous sommes confrontés ? relativement peu de contraintes ? partir du moment où notre audience comprends l’anglais et que nous sommes en mesure de mettre en place un système de rémunération offrant cette couverture géographique. Il serait donc dommageable de se limiter ? la communauté francophone alors même que l’anglais n’est pas un frein pour la population visée, ce qui n’est pas le cas de l’inverse ;-). Les chiffres d’audience actuels nous confortent dans notre stratégie puisque nous avons des visiteurs en provenance de plus de 100 pays avec en tête les pays anglophones: Etats-Unis, Royaume-Unis, Canada, Australie, etc.. mais aussi d’autres pays non-anglophone tels la France bien sûr, l’Allemagne, la Corée, les Pays-Bas, le Brésil, etc..
    •    La deuxième audience clef pour ce projet, ? savoir la communauté d’acheteurs, aura accès ? nos produits par l’intermédiaire de nos revendeurs locaux qui s’approvisionneront auprès de nos distributeurs centraux. Ces derniers offrent une couverture dans plus de 100 pays. Nous aurons donc une approche en phase pour couvrir progressivement l’ensemble de ces pays en commençant par l’Amérique du nord et l’Europe. Il est important de noter que nous avons délibérément décidé de ne pas adresser la vente directe aux clients finaux afin d’une part de laisser cette tâche délicate et cruciale aux experts en la matière, ? savoir les revendeurs, et d’autre part afin de nous concentrer sur notre cœur de métier (gestion de la plateforme et mise en relation des partenaires industriels avec la communauté) afin de consolider et développer notre activité.
  • Par ailleurs, notre équipe dispose d’une expérience internationale, ce qui n’est donc pas un problème pour un développement ? l’international.
  • Finalement, il est primordial de se positionner en précurseur et leader d’un point de vue mondial afin d’éviter de se faire doubler étant donné l’universalité de notre business model. Pour l’instant, les résultats sont encourageants car nous sommes dans le peloton de tête dans le domaine du « crowdsourcing » (tapez Crowdsourcing dans Del.ico.us  ou Technorati  et vous verrez que nous sommes bien classés). Le plus gros challenge devant nous est l’évangélisation ou plus encore la vulgarisation du concept de Crowdsourcing ce qui est loin d’être le cas. Nous comptons sur l’entrée de gros acteurs afin de rebondir sur leurs effets d’annonces, telle celle d’Amazon de dématérialiser la production des produits (c.f. article ) ce qui est clairement notre stratégie…mais soyons patients.
  • N.B. Nous avons inscrits dans notre stratégie ? long terme l’option de gérer une plateforme multi-langue mais il est impossible de le faire dans un horizon proche vu la complexité de la tâche.

J’ai vu que certains d’entre vous n’aime pas les soap opera, pourquoi ?

[LDA]->Bon je vais faire une réponse bien sérieuse quitte ? être pénible mais pour ma part, je trouve que la vie est trop précieuse pour la gâcher devant des programmes aussi inintéressants…chacun fait ce qu’il veut de sa vie mais pour ma part, je préfère 1000 fois plus la passer ? rêver, flâner, me balader surtout en montagne ;-), discuter avec mes amis et ma famille plutôt que de tuer mon temps devant une télé qui ne m’apporte pas grand chose..ca n’engage que moi et je ne porte aucun jugement sur les gens qui aiment les soap opera 😉 d’autant plus que ceux-ci peuvent d’ailleurs trouver que je suis fou ? perdre mon temps sur un projet aussi dingue !!! chacun voit midi a sa porte.

Avez vous déj? des contacts avec certains industriels ? financiers ?

[LDA]->

  • Oui, nous sommes déj? en contacts avec des partenaires industriels mais nous souhaitons attendre le moment opportun afin de signer des engagements contractuels car nous pensons que le potentiel de notre communauté est seulement naissant pour l’instant même si celle-ci est déj? très importante et surtout supportrice.
  • En ce qui concerne les partenaires financiers, nous n’avons pris aucun contact pour l’instant car nous sommes en mesure d’assurer notre développement actuel sur fonds propres. Cela étant des investisseurs nous ont déj? contacté de manière spontanée, ce que nous encourageons au passage ;-), ce qui est très rassurant quant ? l’attractivité de notre business model.
  • Comment pensez vous gagner de l’argent ?

    [LDA]->A l’inverse de nombreuses start-up du web 2.0, notre business model est basé sur un modèle économique réaliste et viable et relativement indépendant du trafic généré par notre plateforme web. En résumé, la communauté sera rémunérée sur la marge nette dégagée par la vente des produits aux clients finaux. Nous pensons pouvoir vendre nos premiers produits ? la toute fin de l’année 2007.

    Avez vous déja une idée de comment la personne ? l’origine d’une idée va être intégré au processus ?

    [LDA]->

  • Oui, nous avons déj? une bonne idée de comment nous comptons gérer ces personnes clefs dans notre business model. Il faut dissocier tout d’abord 2 types de personnes dans ce cas :
    • Dans le cas d’une personne qui propose une nouvelle idée de produits, nous appelons cette personne un inventeur. Celle-ci recevra des offres commerciales et acceptera ou non de confronter son idée avec la communauté afin de concrétiser la commercialisation. L’offre commerciale sera fonction du niveau d’avancement de l’idée de la personne. Il s’agit en quelque sorte d’une place de marché.
    • Dans le cas d’une personne qui propose une idée ponctuelle dans un projet donné, cette personne recevra une rétribution en fonction de son niveau de contribution comme tous les autres contributeurs qui participeront ? d’autres taches.
  • Ces 2 rôles peuvent être occupés par la même personne afin d’augmenter ses chances de rémunération. Libre ? elle de gérer son niveau d’implication.
  • Et les brevets, les idées piquées, les idées simultannées… ça vous fait pas peur ?

    [LDA]->

  • Pour les brevets, nous ferons une recherche d’antérioté avant de commercialiser le produit et si nous avons le feu vert, nous enverrons une enveloppe de type Soleau auprès de l’INPI afin de garantir notre droit d’exploitation même si un concurrent venait ? déposer un brevet. Si un brevet a déj? été déposé, nous ne commercialiserons pas le produit ? moins que le propriétaire du brevet désire passer par notre service pour commercialiser son idée ce qui est envisageable.
  • Pour le risque d’idées simultanées, nous garderons une trace de la date de soumission de l’idée et une trace de toutes les idées soumises. Une veille active par la communauté permettra de garantir la « paternité » et « l’originalité » de l’idée.
  • Pour le risque d’idées piquées, cela est clairement un problème critique et nous sommes actuellement en train de réfléchir ? un moyen d’utiliser un principe de licence pour nous prémunir de ce risque. Cela étant, cela serait le plus bel hommage pour justifier de la pertinence de notre business model si un grand groupe venait ? commercialiser une de nos idées…et je suis certains que nous sommes déj? « surveillés » ;-).
  • Comment selectionnez vous les membres de la communauté ? Le travail de celle ci sera t il public ?

  • [LDA]-> il n’y aura aucune selection des membres de la communaute. Tout le monde pourra participer, le business model est clairement universel 😉

    Pouvez annoncer une date de lancement ?

    – la réponse est surement non mais en re lisant l’interview je me suis dis que je ne pouvais pas ne pas te la poser.

  • [LDA]-> Merci pour la poser Richard mais tu as bien pressenti la reponse. Il serait malhonnête de pronostiquer une date de lancement tant le travail en face de nous est colossale.

  • Utilises tu au quotidien des services web2.0 ? Quel est ton préféré ?

    [LDA]-> Au risque de décevoir, je ne suis pas un gros utilisateurs de service Web 2.0 et je n’ai pas véritablement de préferé. J’utilise néanmoins des services tels que Technorati, Bloglines, Del.ico.us, Pandora, Wikipédia, Dailymotion, CambrianHouse aussi 😉 etc..

    Merci Lionel d’avoir pris le temps de nous expliquer ce concept un peu fou.

    ————————————————————————————

    Si vous avez des questions ? lui poser, n’hésitez pas ? le faire en commentaire, je suis certain qu’il y répondra avec plaisir.

    Le site : http://www.crowdspirit.org/

    Le blog : http://www.crowdspirit.org/blog/

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *