Micro blogging : la messagerie instantanée 2.0

 

Le micro blogging est phénomène qui entre dans sa deuxième année d’existence mais laisse encore beaucoup de monde dans l’incompréhension la plus totale.

Le micro blogging consiste ? réduire l’activité de production de contenu ? sa forme la plus basique pour ne pas dire minimaliste. L’exemple de base correspond aussi au service le plus populaire : Twitter.

Twitter pour les rares qui ne connaissent pas permet de créer un compte en quelques secondes et de disposer d’une plateforme de publication simple. Twitter pose donc des limites, pas de formats riches (photos/vidéos) uniquement du texte et un nombre de caractères limités.
Une fois cette plateforme activé et les premiers contenus ajoutés il est possible de « suivre » les autres utilisateurs, les membres du sites ont donc 2 statuts, ils sont lus et ils lisent.

Une fois le fonctionnement intégré il faut se poser la question de l’usage. Dans le cas de twitter ce sont les bloggueurs et autres producteurs de contenus plutôt « branchés » qui ont saisi cette oportunité de communiquer entre eux et de diffuser leur production. L? où le micro blogging correspond ? un des nouveaux usages du web, c’est que cela permet de créer une communauté.

Aujourd’hui Twitter, n’est pas vraiment sorti de cette « niche » mais l’usage a me semble t il un peu évolué. Désormais, plus que des lecteurs et de rédacteurs on trouve plutôt des membres très actifs et des lecteurs. Twitter c’est du coup transformé en tchat, une sorte de messagerie instantanée collective. Plutôt que de poser une question ? 1 contact ? la fois, l’utilisateur interroge tous les membres connectés, du coup un dialogue s’instaure entre les membres disponibles.

Une des raisons de la popularité du service a d’abord été construit sur le fait que les lecteurs (followers) peuvent recevoir les messages par SMS (d’où la limitation dans les caractères/les formats riches) mais étant adopté par la sphère technophile rapidement on a pu accéder aux alertes au seins même des messageries instantanées en ajoutant twitter comme contact, désormais on trouve aussi des logiciels, des gadgets, des widgets… pour suivre et publier. Avec ces outils on se trouve connecté de manière encore plus simple au service et cela renforce encore son côté forum de discussion ouvert. En passant je peux recommander Twithirl réalisé avec Adobe AIR et qui fonctionne donc sous Mac et PC, vous pouvez trouver un test chez Philippe.

Je pense que l’usage peut se démocratiser ? condition que l’on sorte du schéma que l’on peut voir de notre côté de gros consommateurs de nouvelles technologies.

Si on imagine une bande d’amis 5, 6 personnes qui créent leurs comptes et restent en vase clos voire privé. Ils peuvent dès lors échanger ? tout moment des informations entre eux, de plus ou moins grande importance, ils sont ainsi liés d’une nouvelle manière et sans faire de philo de comptoir c’est aussi ça qui est intéressant dans les relations réelles. Le micro blogging devient un moyen d’échanger, facilement, rapidement tous types d’informations, de l’humeur du jour, aux propositions de sorties du week end et comme dans le cas précédent, ceux qui sont disponibles participes activement, les autres consultent l’info quand ils le peuvent.

Le débat sur l’avenir de ce genre de plateforme est encore ouvert et la perplexité domine, je ne reviendrais pas sur la quesiton du business model mais plutôt sur l’évolution technique.
Plusieurs services se disputent la place de Twitter’s Killer avec des atouts évident. Je ne retiendrai pour l’instant que Pownce et Poodz mais on sait que Jaiku (Google) et Seesmic (Loic Lemeur) veulent leur part du gâteaux.

Pownce est peut être celui qui est le plus proche de l’idée que l’on peut se faire de l’évolution de Twitter. Il fonctionne de la même manière mais permet d’ajouter des contenus plus riches, d’offrir du téléchargement direct pour s’échanger des fichiers et surtout 3 niveaux de publications : public, amis, privé. Il souffre du fait qu’arriver en retard les gros utilisateurs de Twitter n’ont pas envie de changer et de perdre une partie de leur communauté.

Poodz lui cherche ? prendre sa direction, plus orienté sur la vidéo et le MMS, il est peut être plus proche d’un public plus large, colle surement plus aux technologies d’aujourd’hui et est adapté aux nouveaux usages. L’approche est aussi intéressante mais il est lui aussi confronté au problème d’évangélisation et de compréhension de l’usage.

J’étais sceptique sur le micro blogging mais finalement, les utilisateurs commence ? trouver les usages ? adapter l’outil et ? le rendre sinon utile, intéressant.

ps : j’ai volontairement « oublié » les plateformes comme TumblR (article chez Jérôme) qui sorte un peu de l’idée de messagerie instantanée malgré qu’elles entre dans la catégorie micro blogging.

9 réflexions au sujet de « Micro blogging : la messagerie instantanée 2.0 »

  1. vision intéressante de twitter. J’ai l’impression que le concept s’éloigne de plus en plus de l’idée de départ « what are you doing ? », non ?

  2. nico : absolument, c’est un des points intéressant de l’évolution de Twitter, on peut parler d’UGU (user generated usage), je sais si ça existe mais ça sonne bien 🙂

    Jeff : Absolument 🙂

  3. « Plusieurs services se disputent la place de Twitter’s Killer »
    Je trouve Pownce et Poodz résolument différents rien que par leur architecture. On peut par exemple « commenter » dans ces deux services, ce qui créé des discussions parallèles. Twitter lui est linéaire, et c’est ? mon avis toute sa simplicité qui en fait son succès.

    @nico : je ne pense pas, les messageries instantanées seront toujours plus intéressantes pour une discussion précise avec une personne en particulier et dans le cas où on a besoin d’échanger vite.

  4. Micro blogging et réseaux sociaux…
    Bien sûr, la rencontre via un média illusionniste (le Web) a quelque chose ? quoi les phéromones restent étrangères. Pourtant les ‘réseaux sociaux’ et les ‘micro-bloggings’ disent autre chose que pseudo, idée facile que la vie le serait (facile), qu’il suffirait d’ôter au mot livre son r pour en faire du live…

    Internet dit, en effet, tout autre chose que le futile ? mon avis. Combien nous méprenons-nous sur le sens de nos avenirs…! Thème développé dans « L’idée de la joie » qui vient de sortir chez Edilivre.

    Téléchargement gratuit des ‘bonnes feuilles’ de ce gentil fou livre sur http://www.loygue.com

    Bien cordialement,
    Jean sébastien loygue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *