Convaincre, pas toujours facile… [blogger’s job] [cadeaux]

Je reviens un petit peu sur ma nouvelle vie et mon nouveau job, c’est amusant de s’arrêter quelques minutes et de faire un rapide bilan sur déj? 3 mois de travail.

Première élément incontestable, j’ai dû acquérir en quelques semaines une vraie culture sur les univers virtuels pour passer dans une nouvelle position, celle de l’évangéliste. A la base, travailler dans l’univers des mondes numériques laisse les gens perplexes mais porter un projet lié au e-commerce dans les univers virtuels demande une couche supplémentaire de conviction.

Je vois bien, qu’? aucun moment je n’ai réussi ? vous convaincre de venir tester ce que nous sommes en train de faire dans RIL Shopping, vous un public d’early adopter de tous poils, de curieux d’innovations. Les raisons sont multiples : installation de Second Life, incompréhensions, ancienne expérience négative, intérêt réel…

Au quotidien, j’ai l’occasion de faire des démonstrations, de dialoguer avec des gens plus ou moins sceptiques et je réalise que c’est en testant que les personnes réalisent et comprennent se que nous faisons.

Je suis donc entre 2 eaux, d’un côté l’enthousiasme de ceux qui testent, de l’autre la réticence de faire le moindre pas vers ce nouvel usage.

Pour faire simple, quelques éléments de réponses :

Second Life : Non SL n’est pas un soft mourant avec des graphismes moches, on peut y trouver des initiatives aussi diverses que variées autour bien sûr des marques mais aussi des concerts, des expositions, des groupes de réflexions, de la formation, du recrutement, des conférences… Il y a beaucoup de chose ? faire et ? voir sans pour autant penser ? créer une seconde vie. Pour la partie téléchargement/installation, ok, c’est une contrainte, mais télécharger 50 Mo en 2008 on peut pas dire que cela soit vraiment une galère, l’installation demande d’appuyer 3 fois sur « suivant » et elle est possible sur Windows, MacOS et Linux.

Second Life subit aussi le retour de bâton de la vague de hype qui l’a frappé l’année dernière mais la réalité est plus intéressante, Second Life est devenu l’outil de prédilection de ceux qui pensent que les univers virtuels peuvent ajouter de la valeur ? notre vie numérique.

Pour stimuler un petit peu la création de compte, nous avons décidé de mettre en place un concours de parrainage, le principe est simple, les inscrits sollicitent depuis leur compte Ril-shopping leurs amis et chaque compte créé donne une chance supplémentaire lors du tirage au sort pour l’attribution du cadeau. Nous remettons le compteur ? 0 chaque semaine pour que tout le monde est une chance de gagner.

Je ne peux que vous inviter ? venir assister ? une vente, ce soir pour les amateurs de Tintin ou demain pour assister ? la 1ere vente de voitures bien réelles dans un univers virtuels. Pour la petite histoire nous mettrons ne vente demain de véhicule neuf et d’occasion avec des réductions allant jusqu’? 10 000€. (info c’est de 17h ? 21h)

Alors vous allez le créer ce compte RIL Shopping ?

7 réflexions au sujet de « Convaincre, pas toujours facile… [blogger’s job] [cadeaux] »

  1. Merci d’avoir pris le temps de détailler ton point de vue.

    Je ne peux être que d’accord avec ton analyse, elle est simplement juste.
    Ceci étant, nous croyons que notre solution a un réel sens et que si nous arrivons ? nous arranger avec la catégorie ‘jeu vidéo addictif » la prise en main elle, dans le cadre de RIL Shopping est finalement simple.

    Pour la lutte SL vs Navigateur, nous savons que c’est surement ? ce niveau que tout peut changer.

    Pour ce qui est de la 2eme couche du web, c’est l? que tu touches du doigt un aspect clé, oui il s’agit bien d’un web parallèle qui peut offrir de meilleurs services dans certains cas, de plus mauvais dans d’autres, ? nous de faire nos tests, nos expériences pour trouver et démontrer que cela a du sens et que non, nous ne voulons pas vous faire entrer définitivement dans la matrice, plutôt y faire un saut de puce en attendant la suite 🙂

  2. Je suis développeur web, geek dans l’âme et fou de nouvelle technos.. mais non.. franchement je vois pas.
    Si je vais sur le net pour faire du shopping c’est pour une raison précise: pour les objets indisponibles dans mes magasins du coin.

    Aller sur un truc « comme en vrai » dont on enlèverai les 2 seuls avantages du vrai, c’est ? dire pouvoir manipuler « en vrai » l’objet, le peser, « toucher » la qualité. La 2e chose que cela nous enlève c’est la possibilité de l’avoir de suite, car il faudra passer par de la livraison.

    Mes rares critères de shopping sont: acheter rapidement, pouvoir manipuler l’objet eventuellement refléchir sur place..

    Les seuls cas ou ca m’est égal, c’est lorsque je suis certain de ce que je veux acheter et dans ce cas, pas besoin de super truc en 3D.

    J’ai beau chercher depuis plusieurs mois, je vois difficilement comment je pourrais me faire a une vie « virtuelle » parrallèle dans laquelle tout ce que je ferais sera moins efficace qu’en vrai…

  3. Netsuo : je comprend très bien ton mode de réflexion qui est logique.
    En fait il faut voir se que nous faisons de manière légèrement différente, en effet l’idée est de re-créer de la proximité quand tu ne peux pas l’avoir. Notre idée est plus de permettre de rencontrer un vendeur quand on ne peut pas allez dans un magasin, la représentation 3D d’un objet est accessoire, c’est vraiment l’aspect discussion/échanges qui est intéressant.
    Comme je l’indique dans le billet nous cherchons ? explorer une nouvelle voie entre le commerce de proximité et le e-commerce. Nous ne pourrons jamais faire mieux qu’en vrai mais ceux qui ont essayé savent que c’est très agréable comme façon d’acheter et de vendre. Pour la question de l’immédiateté nous y travaillons et l’achat en 1 clic est en test depuis hier.

    Pour rebondir sur ta 1ere phrase, tu vas sur le web quand c’est pas dispo ? côté de chez toi, imaginons que tu souhaites acheter un produit pas dispo dans ta ville et qui en plus est un peu compliqué ? choisir pour des raisons techniques et/ou d’usage, RIL shopping peut apporter un début de solution.

    Enfin, nous ne cherchons pas ? pousser les gens ? entrer dans une vie virtuelle, nous faisons simplement le pari que l’univers virtuels peut devenir autre chose qu’un jeu. Une fois installé sur ta machine SL n’est pas beaucoup plus long ? lancer que firefox.

    Gab : c’est l? http://tinyurl.com/63pkop

    Ange : c’est sûr ! Mais nous souffrons d’un autre mal, SL est considéré (par erreur) comme un piège virtuel duquel on peut rester prisonnier et devenir un NoLife sans le réaliser, il faut en plus rassurer, we »re note evil comme ils disent ? Moutain View 😉

  4. Bonsoir,
    J’évolue aussi dans le monde du web, ou plutôt des sites web, et de leur commercialisation auprès de PME/PMI/Asso et autres professionnels… le problème de l’engouement pour ce genre de technologie est bourré de nœuds… les premiers blocages sont simples :
    01 – Mauvaise interprétation/communication généralisée de cette technologie : les médias, et donc les gens (non geek ou passionnés, donc la majorité des gens, j’y reviendrais) voit cela comme un « jeu », et non comme un outil.
    02 – Conséquence logique du premier : les jeux virtuels sont souvent montrés du doigt comme des « drogues », beaucoup trop addictifs… ce n’est pas totalement faux non plus… mais c’est un autre débas… ? noter que cela dessert encore une fois la technologie, qui est présenté de façon beaucoup trop réductrice/limité au jeu…qui ? mauvaise image!
    03 – Quand on est en plein dans sa passion, son travail, on a tendance ? oublier l’omniprésence de notre chère fracture numérique, et le vide considérable qu’il existe entre « nous » (« grands initiés », passionnées, geek, et tout autre personne capable de comprendre le web, et ceux ? quoi il peut servir) et la grande majorité des gens qui n’ont même pas conscience que cela existe, et qui de toute façon ont d’autres phases d’apprentissage ? passer avant d’explorer une technologie aussi avancée. Croyez moi, le nombre de gérants, directeurs, ou employés qui ne savent pas faire autre chose que leur facturation, une lettre, lire leur mail, sont vraiment très nombreux! Seule une poignée sont dans leur esprit et dans leur compétence, arrivés au stade de pouvoir se lancer dans une vente en ligne classique… qui est déj? virtuelle n’est ce pas! Alors une deuxième bulle de virtuel qui vient par dessus celle qu’ils ont déj? du mal ? apprivoiser, il est bien trop tôt pour y penser!
    04 – C’est ? partir de l? que je vois les autres remarques plus classiques comme citées plus haut…
    Maitrisant l’utilisation du web et des recherches, connaissant les sites marchands dont je peux avoir besoin, une recherche de prix sur un produit relativement communs (sans parler du produit introuvable) me prendra quelques dizaines de secondes, avec mon navigateur, léger, rapide, qui gère aussi mes favoris, mes mails, mes flux rss… pourquoi installerais-je un programme qui viendrait polluer un peu plus mon système (ce n’est pas propre ? ce logiciel.. chaque programme n’arrange rien ? notre cher windows…), pour lequel il faut créer un compte, etc…? A part la curiosité, je ne vois pas de (réel) intérêt… Et même si je suis passionné de web et que je bosse la dedans, il y a fond un petit peu malsain ? cela je trouve… car cette technologie, comme les autres mondes persistants en général, pousse ? l’addiction, au renfermement chez soi… ce n’est pas le fait de rajouter la possibilité de dialoguer ou les visio qui changeront le fond du problème… mais la limite entre le raisonnable et l’addiction est tellement mince…

    Imaginez un peu… Carrefour est un hypermarché, on peut s’y déplacer pour acheter… on peut également déj? acheter sur leur site internet… et cette technologie leur permettrait d’ouvrir une autre boutique dans cette deuxième couche de web… c’est effrayant je trouve… ç? nous rapproche de mon filme culte… néo quand tu nous tiens!

    P.S : malgré mes remarques et critiques, je suis persuadé qu’il est très intéressant d’évoluer ? ta place!

  5. Analyse est un bien grand mot mais c’est vrai qu’il existe tellement de freins, qu’ils soit techniques, psychologiques, financiers… il y a également la qualité des accès Internet… Habitant le centre ville d’une des rares villes de province disposant de la fibre optique, je ne suis pas concerné, mais dès que l’on s’éloigne de quelques kilomètres, l’état des infrastructures télécoms est pitoyable, les débits chutent en flèche ? cause de la mauvaise qualité des câblages initiaux et autre… et qui dit accès internet lent, dis impossibilité de profiter de ce type de service!

    Il faut également savoir prendre du recul sur son produit, j’ai fait l’amère expérience d’avoir ? charge le lancement d’un concept de régie web « locale » (site affiliés traitant de thématique locales, ? l’échelle départementale, et annonceurs locaux), le produit était très bien pensé, fonctionnel, efficace, mais le marché n’était pas du tout prêt ? accepter ce type de média, du coup le produit est presque mort…il survit mais n’est pas rentable… le potentiel est bien l? , mais il est trop tôt… ç? fait mal, surtout quand on porte un projet dans son cœur, mais cela arrive… il faut essayer d’y penser…

    Pour ce qui est de la matrice, même étant accro ? néo, faire se saut de puce suffit pour passer le pas, le cap, et se retrouver du côté obscur de la force (oui je sais, c’est une autre trilogie ^^ )

    Mes remarques ont une connotation assez décourageante, pourtant je ne les livre pas dans ce but…c’est uniquement ma connaissance des gens lambdas en informatique qui me pousse ? m’interroger sur la façon de les amener ? utiliser cet outil!

    Cela est ambitieux, et courageux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *