La tablette, le journal de demain ? [e-lecture]

Il y a maintenant un peu plus de 8 mois, j’ai commencé à régulièrement lire des livres sur mon iPhone via le logiciel Stanza propriété d’Amazon. Bien que beaucoup de personnes soient sceptiques sur la qualité de l’expérience, il faut admettre que comme pour la musique, il arrive un moment où se déplacer avec plusieurs livres/albums dans la poche est plus pratique que faire suivre une valise.

Ce matin, j’ai vu dans ce billet de Nicolas, cette très belle vidéo d’une réalisation pour iPad. L’idée est de donner un coup de jeune à la presse traditionnelle en lui ajoutant les supers pouvoirs des richmedias.

VIV Mag Interactive Feature Spread – iPad Demo from Alexx Henry on Vimeo.

Une chose est sûre, c’est beau et ça donne envie. Reste à savoir si l’expérience utilisateur sera à la hauteur et si une vraie économie peut se créer. Dans ce domaine, les sceptiques sont de moins en moins nombreux, l’espoir est fort autour de l’iPad et des futurs tablettes à venir, qui pourraient bien démocratiser la consommation de la lecture électronique nomade.

Ce matin aussi, Philippe relaie l’annonce d’Amazon qui lance (enfin) le soft Kindle pour Mac, soit une volonté pour le leader mondial du business de la culture de marcher sur les pelouses du papa de l’Ipad.

Pour que cela fonctionne, il faut de toute façon 2 éléments indissociable, l’appareil et le contenu. En France, à l’heure où je redige ce billet, nous n’avons ni l’un, ni l’autre. Le lancement de l’iPad, le désir d’Amazon de ne pas laisser mourir le Kindle et la réplique que doit préparer Microsoft seront autant de levier de la démocratisation. Du côté des producteurs de contenus, j’espère qu’ils vont finir par comprendre que le public ne souhaite pas la mort de l’édition, comme il n’a jamais souhaité du mal aux producteurs de musiques et à l’industrie du cinéma, le public souhaite juste consommer sans se prendre la tête ni avoir l’impression de se faire avoir. C’est simple, non ?

Pourquoi c’est article ? Parce que moi j’aimerai pouvoir lire ce que je veux, dans les meilleures conditions, sur le support de mon choix, sans avoir à me poser des questions pour lesquelles il faut un diplome du MIT.

Voilà, c’était passé, mais ça revient, j’ai de nouveau envie d’un iPad 😀

2 réflexions au sujet de « La tablette, le journal de demain ? [e-lecture] »

  1. Il est clair que l’industrie de la presse attend beaucoup de l’iPad et des autres futures e-reader.
    Le fait de pouvoir monétiser directement et avec un prix clair pour le consommateur via l’app store (ou autre équivalent) permet de rassurer l’industrie qui ne s’y retrouve finalement pas tant que ça avec la mise en ligne gratuite de contenue sponsorisée par la publicité.

    Je ne pense pas que le média numérique soit un frein pour le consommateur, je pense plutôt au confort de lecture, et à l’ergonomie du bouzin.
    Si par exemple t’es dans le métro, et que tu es obligé de te contorsionner pour lire parce que t’as un putain de vieux reflet de merde sur ton écran d’iPhone ou d’iPad (déjà, j’me vois mal dans le métro avec un iPad…) ben ça va vite te gonfler.

    Pour le kindle, je crois que l’écran est mat et non rétro éclairé, ce qui fait que déjà, c’est moins fatiguant pour les yeux, par contre, le catalogue propose uniquement des titres en anglais, et je vois mal comment Amazon pourrait séduire une clientèle française avec ça.
    Au lieu de distribuer leur kindle en france, il aurait fallut déjà qu’ils proposent le catalogue en français.

    En tout cas, pour la presse, il y a un tournant à ne pas rater dans les prochains mois, et j’espère qu’elle va le négocier correctement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *