Google et la morale [We are not evil]

Google a comme vous le savez eu des petits soucis avec nos amis chinois il y a quelques semaines et du coup, les cerveaux ont fumé comme des malades depuis. Une décision a été prise et ils ont donc mis au monde un petit mashup Google maps qui répertorie les demandes de censures de la part des gouvernements du monde entier.

Governement Requests est donc une petite page toute simple où l’on peut voir qui dans le monde souhaite modérer le n°1 de la recherche. On réalise alors que la France n’est pas particulièrement demandeuse si on la compare à l’Italie (- de 10 demande pour Nico et 57 de Silvio). La Chine quand à elle bénéficie d’un joli « ? » peut être parce que eux ils souhaitent la censure totale.

Alors, d’un côté, je trouve ça pas mal joué de la part de Google car ce tout petit site web réalisé par 2 stagiaires peut calmer certains gouvernements ne souhaitant pas attirer l’attention. De l’autre je me dis que c’est vraiment de la com’ un peu fastoche parce que l’on ne connait pas (et c’est surement logique) le type de demande (vie privée/racisme/politique…).

Bon après, moi le premier, si j’étais en train de finaliser les plans de l’Etoile Noire je préférerai que le monde entier regarde ailleurs 😉

Le plaidoyer avec la mention à « the Universal Declaration on Human Rights » sur un des blogs officiels

image : http://stormtroopers-365.blogspot.com/

4 réflexions au sujet de « Google et la morale [We are not evil] »

  1. Je pense surtout que google a poussé la com’ sur ce problème de censure pour masquer le gros de l’affaire qui touchait à la sécurité même du système Google. Et comme tout le système Google repose sur la confiance (centralisation énorme des données, du savoir, messagerie…) si ils la perdent, ils sont foutus!

  2. En regardant de plus près les stats des 3 premiers pays : Brésil, Allemagne et Inde, on se rend compte que :
    – le Brésil et l’Inde sont ici pénalisés par le poids d’Orkut (bien joué Google …)
    – pour l’Allemagne, c’est bizarre puisque l’essentiel des « removal requests » concernent YouTube ou des recherches Web (!) et honnêtement l’Allemagne ne me semble pourtant pas être un pays où la censure politique est particulièrement violente …

  3. Nico : d’accord avec toi, tout le business model de Google repose sur la confiance.

    Romain : pour l’Allemagne, peut être qu’ils ont des problèmes avec les quelques nazillons qui trainent sur leur oueb

    Etienne : bien vu ! Ils ménagent un peu la Chine quand même… On sait jamais…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *