Facebook et ses 50 milliards de $ [NextStopNasdaq]

C’est LA news d’hier et celle de l’année 2011 (facile le 3 janvier en même temps) : Facebook a obtenu une nouvelle levée de fond de la part de Goldman Sachs et d’un investisseur Russe. Le montant du chèque est de 500 millions de dollars. Goldman Sachs a lâché 450 millions alors que Digital Sky Technologies a ajouté 50 millions aux précédents 500 millions injectés. (DST : c’est 100% de ICQ, 5% de Zynga, 5% de Groupon, et 100% de mail.ru leader Russe du mail)

Ces quelques dollars devraient permettre au réseau social géant de continuer à se développer peinard et à embaucher des salariés de haut niveau et peut être faire quelques acquisitions. Mais pour les analystes, cette levée prépare surtout l’entrée en bourse pour « au plus tard le 1er trimestre 2012 ». Toujours selon les experts, tout cet argent accumulé ferait de Facebook une entreprise de 50 milliards de dollars…

De son côté, Zuckerberg dont la fortune était estimé à 6,9 milliards de $ lorsque Facebook était évalué à 23 milliards de $ devrait « juste doubler ».

Quel beau pays l’Amérique.

Pour ajouter un peu de cynisme a cette belle aventure et si je pige bien, on parle de fonds d’investissement qui injectent de l’argent (mais il vient d’où) qui permet d’évaluer la valeur d’un site internet. Je dis pas que cela n’existe pas, mais quand même on est pas en train de vivre quelque chose de surréaliste ? (et je parle pas de Google/Groupon et leurs 6 milliards).

J’aime le web, j’aime cette économie, je veux croire au rêve américain, mais des fois je me demande si ça part pas un peu en torche là….

2 réflexions au sujet de « Facebook et ses 50 milliards de $ [NextStopNasdaq] »

  1. Tu évoques MySpace, mais Frienster c’est écroulé en quelques semaines à l’arrivée de MySpace… Bon personne n’avait réussi à attendre cette masse, ni de faire sortir les gens de l’anonymat mais cela reste étonnant c’est espèce d’aveuglement.

    Sans parler de l’argent et de sa provenance…

  2. Une valorisation vertigineuse ?
    Un rêve qui fait peur ?
    Je pense que tu as raison, on retrouve la folie des premières années de la « Nouvelle Economie » qui s’est finie en bulle de savon. Quand une société qui génère plus de rêve que de revenus est plus valorisée qu’une qui construit, disons, des immeubles …
    On retourne à la vraie spéculation, qui fera perdre de l’argent aux suiveurs et enrichira encore ceux qui ont initié le mouvement et qui initieront l’éclatement (Goldman Sachs a parfaitement profité de la bulle).
    Sauf si Facebook arrête de faire rêver … comme MySpace qui a bien déçu Rupert Murdoch qui avait aussi dépensé un bon 580 million de $ …

    A suivre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *