Apple : de la passion à la raison [iPad2inside]

Vous pensiez quand même pas échapper à un billet sur le lancement de l’iPad 2 hier soir quand même !

Donc, hier soir, il y avait un keynote où les spectateurs ont eu la surprise de voir apparaitre M.Jobs que l’on attendait pas. Pour résumer très vite, les annonces d’hier, l’iPad 2 est plus fin, fait une petite cure d’amaigrissement pour atteindre le poids de 600 grammes, dispose d’une camera en façade et une à l’arrière qui filme en 720p, d’un nouveau proco dual core à 1Ghz et … voilà. Ha si, un adaptateur HDMI 1080i et son mode clone pour voir la même chose sur l’iPad et la TV et une protection pour l’écran que l’on pourrait qualifier d’ingénieuse. L’autre annonce est au niveau de iOS qui va voir arriver GarageBand et Photobooth. ( un billet complet sur Accessoweb )

La difficulté là juste maintenant, c’est de garder la tête froide. Il faut éviter de sombrer dans l’un des 2 camps, les AppleFanBoys et les anti-apple primaires (qui est une attitude à la mode).

Alors, oui, on le savait même si certains espéraient mieux, cette version de l’iPad ne devait pas changer radicalement de la précédente. Deux raisons évidentes pour moi : – Ne pas faire trop souffrir les nouveaux acquéreurs de la V1, ni les dev » qui doivent pouvoir vendre leurs apps sur une gamme homogène. – Le nouvel iPad devait uniquement permettre de garder un coup d’avance sur la concurrence qui débarque (enfin), donc ajouter le HDMI et surtout la WEBCAM, accessoire noob-friendly de base, pour faire de la tablette l’outil ultime de vision-conférence familial.

Apple n’est plus l’entreprise qui doit de surprendre pour attirer le marché, désormais elle doit apprendre à gérer et à capitaliser sur son succès et il faut être honnête c’est un exercice périlleux. Les choix de l’iPad 2 et j’imagine de l’iPhone 5 s’inscrivent dans une construction du produit « parfait » pour la cible grand public que la marque a réussi à conquérir.

Apple a réussi à créer un univers dans lequel « l’Informatique » n’est plus synonyme de souffrance ni de travail, l’utilisateur allume, utilise, prend du plaisir et surtout paye 😉

Pour revenir aux deux familles auxquelles j’ai l’impression d’appartenir ( amateur de Pomme et Geek ), le gout est plus amer. Je citerai simplement la dernière mise à jour de MacBook Pro qui ont débarqué avec des cartes graphiques moins puissantes que la version précédente… Un comble. En fait, pour nous, l’iPad 2 aurait dû être l’iPad 1, toutes les features ajoutées étaient prévues, connues mais la stratégie d’évolution de la gamme devait laisse à la marque au moins un coup facile d’avance.

L’histoire leur a donné raison, l’iPad 1 avec ses limites (par choix, pas par limites technologiques) a été un carton planétaire, l’éclosion d’un nouveau marché, d’un nouveau segment et une machine à cash pour Apple.

Enfin, une chose reste incroyable, le pouvoir de séduction de l’engin. Là, je vous laisse la vidéo de promo du produit, et alors que j’ai un iPad que j’utilise pas beaucoup, que je sais que l’évolution est mineure, et bien il y a un petit côté magique dans la manière que peut avoir Apple de ré-inventer la roue.

Et oui, sont un peu agaçant à maitriser comme ça les désirs de consommation à créer de l’envie pour pas dire du besoin avec de la poudre de perlinpinpin et une stratégie produit hyper pointue.

Il faut l’admettre ils sont forts.

5 réflexions au sujet de « Apple : de la passion à la raison [iPad2inside] »

  1. Je suis d’accord avec toi sur un point. C’est vrai qu’Apple a réussi à transformer l’informatique en plaisir pour le grand public.
    Ceci dit, j’ai du mal à comprendre qu’avec tout ce que tu as compris de la perfide stratégie marketing d’Apple, tu sois encore amateur de la Pomme.

  2. Arghhh!!!! je savais que c’était celui là qu’il fallait attendre pour l’acheter mais j’ai craqué avant :'(
    J’adhère à ta conclusion : ils sont vraiment fort (tu parlais du marketing, c’est bien ça ?)

  3. Steph : et oui on le savait… mais le marketing gagne toujours

    Soso : pour essayer de faire court, j’avoue après quelques années sous MacOS, j’ai mes habitudes, mes outils de travail et du coup pour changer il faudrait me faire violence.
    A cela s’ajoute qu’un Mac me permet d’avoir un dual-boot simple vers Windows quand j’en ai besoin pour le taf ou pour jouer.

    Enfin, j’avoue que Linux reste opaque encore pour moi mais un de ces 4 je sais que je vais essayer pour de vrai.

    Tu utilises quoi toi ? Comme OS, comme machine ?

  4. Oula, alors attention, faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais. Moi, je suis sous Windows 7 sur ma machine principale et je n’ai, pour ainsi dire, jamais utilisé Linux à la maison. Pour moi, Unix/Linux, c’est très bien pour travailler et avoir des perfs démentielles pour des serveurs, mais pour le quotidien à la maison… rien ne vaut la convivialité de Windows 7.
    Sinon, je suis PC à 100%. Les Mac, c’est pas pour moi. Je suis trop geek pour ça.
    Après, je suis d’accord, adopter MSFT et rejeter AAPL, c’est un peu comme préférer la peste au choléra !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *