TextMaster : pour l’amour du contenu [france2.0]

Depuis quelques semaines Google et une partie des internautes sont d’accord sur 1 chose. Le web est plus intéressant avec du contenu original et bien écrit. Et depuis quelques semaines une entreprise française propose aux créateurs de site internet de s’occuper de leurs contenus.

TextMaster a été fondé par Thibaud Elzière (Fotolia) et Benoit Laurent (Benoot) est une place de marché dédiée à la traduction, rédaction et correction de contenus.

Le site s’adresse à 2 populations, la première les clients et les auteurs. Côté clients, il s’agit donc d’acheter du contenu voire des traductions selon un mécanisme indiqué ici. Le site garantit la qualité de la production. De l’autre côté dans les auteurs, le site annonce 15 000 experts déjà recrutés et tout le monde peut s’inscrire pour essayer de rentrer dans l’équipe et ainsi gagner quelques euros de plus en fin de mois.

Le site propose bien sûr une interface en ligne qui gère les échanges entre le client/le site/les auteurs, de gérer les factures, les paiements.

Ce que j’aime avec TextMaster c’est la simplicité du message et de l’offre. Aujourd’hui l’aspect création de site web est technique, la création de contenus n’est pas aussi simple que cela peut sembler vu de l’extérieur. Nous savons tous que l’impact des textes et contenus est très important pour les visiteurs et pouvoir confier cette tâche est une bonne solution quand il est difficile d’internaliser ce type de tâches.

Je suis content de voir ce genre d’initiative qui montre que petit à petit le contenu va reprendre sa place dans notre vie sur le web.

ps : je vous ferai une interview de Benoit pendant LeWeb, si vous avez des questions (bien difficiles bien sûr)

Bonus : quelques codes promos (merci Benoit)

7 réflexions au sujet de « TextMaster : pour l’amour du contenu [france2.0] »

  1. :_D la faute… je fais ce qu’il ne faut pas faire, je fais une relecture trop rapide… Désolé même si en effet cela aurait pu être du 2nd degré. C’est corrigé.

    Michkew, je suis d’accord avec vous, d’ailleurs je pense qu’il y a un vrai challenge pour Textmaster en terme de pédagogie et de dialogue avec le client pour faire au mieux. Je poserai justement la question à un des co-fondateurs que je vais rencontrer en décembre.

  2. Bonjour,
    Je suis assez d’accord avec Bérénice dans un sens car parler d’une entreprise quand on en jamais mis un pied, c’est quand même pas la chose la plus aisée. Le rédacteur ne pourra pas être à 100% sur toute la ligne, et l’entrepreneur ne pourra pas être convaincu à 100%.
    D’un autre côté, quand on voit la grande part de la population qui a du mal à écrire français, on peut se dire que ce peut être un bon compromis.

    Au début de l’article : « Le web est plus intéressant avec du contenu original et bien écris. »
    Je trouve ça marrant de faire une faute sur « écris » avec un « s » lorsque qu’on lit la phrase… On pourrait croire que c’est fait exprès.

    Sinon merci pour ce blog que je prends plaisir à lire quotidiennement.

    Cordialement,

    Michkew

  3. Bonjour,

    Je vais dans le sens de l’excellente remarque de Bérénice.
    Moi qui ne suis « que » correcteur, j’ai souvent du mal à m’immerger dans l’esprit du texte que je corrige, et je dois pouvoir discuter avec l’auteur sur le fond, pour ajuster une forme correcte. Alors pour un auteur, parler de quelque chose qu’il ne connait pas, c’est quand même balèze! 🙂
    Mais ça dépanne, effectivement.

    Enfin, je n’ai pas l’habitude de signaler les coquilles ou fautes dans les commentaires (ça fait spam), mais puisqu’on en parle déjà :
    – TextMaster (qui*) a été fondé
    – méchanisme (méc*anisme)
    – 15 000 experts déjà recruté (s*)

    Cordialement 🙂

  4. Bonjour Richard,
    Merci pour votre article. Je pense que cette solution doit rester ponctuelle et provisoire mais en aucun cas devenir systématique. Car qui mieux que l’entreprise elle-même peut parler avec passion de son métier, de son marché? Il me semble qu’il existe une autre alternative: impliquer l’ensemble du personnel dans la rédaction de contenu avec un ligne éditoriale bien définie.
    Bonne journée,

    Bérénice

  5. Je pense comme vous, mais on peut le voir au quotidien la pratique que vous évoquez est encore rare. Parfois, il est plus sage de payer des pros.
    Mais dans les 2 cas, l’objectif est bon, fournir du contenu original et rédigé pour les lecteurs et pas pour les moteurs de recherche ou pire « parce qu’il faut le faire ».

    Enfin, il y a le côté made in France qui me touche un peu dans ce genre d’initiative 😀 (sans chauvinisme bien sûr)

  6. « que » correcteur, j’imagine que ça doit pas être facile tous les jours et puis tu dois avoir une déformation professionnelle, du coup tu dois souffrir de voir les fautes quand tu lis pour le plaisir.

    D’ailleurs, j’annonce, que je vais re-commencer à me re-lire plus attentivement… Je sais que c’est insupportable les grosses fautes.

    Pour les fautes, si vraiment, tu souhaites me les signaler tu peux y aller pas de problème ou sinon sur rflymail at gmail.com 🙂

    Pour ta remarque, je vais poser la question à Benoit, j’imagine qu’ils ont du se pencher sur la question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *