Cuphead : le dessin animee dont vous êtes le heros [indietorture]

Si vous jouez vous connaissez CupHead. Si vous suivez mon tout nouveau podcast vous avez probablement entendu ma chronique (sinon elle est là)

Dans tous les cas, cet article est là parce que je suis un peu fier, j’ai fini Cuphead.

Bon ok, en Normal. Mais quand même. J’ai eu besoin de 640 tentatives pour me défaire du dernier boss et franchement il y a quand même eu plusieurs fois où j’ai eu envie d’abandonner.

Mais Cuphead, si il est dur, n’est jamais injuste. L’échec est tout le temps la conséquence d’une erreur du joueur ou du moins de son manque d’expérience. Il n’est donc pas rare de recommencer en boucle pour connaitre les actions et anticiper.

Pour résumer, le jeu est un enchainement d’affrontement, comme si dans les jeux d’aventures vous n’aviez que les boss de fin de niveau. Pour les vaincre il faut des reflexes mais aussi reconnaitre les mouvements et savoir quoi faire. Il est aussi possible d’obtenir de nouvelles armes pour être plus efficace dans certaines circonstances. (big up au tir boomerang).

Difficile de ne pas parler des graphismes type dessin animée des années 30 qui ont fait le succès a priori du jeu.

Enfin la musique est à la hauteur avec une composition sur mesure et un enregistrement par un orchestre de 30 personnes.

Le jeu est beau et exigeant mais chaque victoire apporte son lot de satisfaction, je ne peux que vous inviter à dépenser les 20€ sur Switch / Xbox / Mac / PC. Une belle expérience qui s’apprécie sur la distance 🙂

ps : une extension est en chemin mais pas de dates pour l’instant.

Un commentaire sur “Cuphead : le dessin animee dont vous êtes le heros [indietorture]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.