Owlchemy : du jeu vidéo à la R&D [TrueStory]

Google et Owlchemy viennent sur leurs sites respectifs d’annoncer le rachat du 2nd par le 1er.
Si le fait que Google achète des entreprises n’est pas pas nouveau, l’histoire des texans de Owlchemy est plutôt intéressante. En effet, Google a misé il y a déjà pas mal de temps sur la réalité virtuelle en créant du contenu, soutenant les créateurs mais aussi en intégrant la vidéo et les photos 360° à StreetView et YouTube rapidement.

Là où cette opération est originale c’est que Owlchemy est une société qui produit des jeux vidéos depuis 6 ans. Alors, oui, bien sûr il s’agit de jeux en VR y a une logique mais ce qui pousse le géant américain à investir c’est surtout de leur permettre à l’équipe de travailler sans les contraintes financières pour pousser plus loin leur expertise.

La clé du rachat est que dans leurs jeux en VR, la sensation d’interagir avec l’univers et donc la capacité de plonger le joueur d’en un ailleurs crédible dépasse la plupart des expériences de réalité virtuelle.

Ce que souhaite Google ce n’est pas nous embarquer dans des mondes de sciences fictions mais bien de reproduire la Matrice. Créer des univers virtuels cohérents et toujours plus immersif.

Reste à voir ce que ça va donner et surtout quand 🙂

le camion de demain sera probablement à l’hydrogène [SontSympas]

Hier la société Nikola, inconnue ici en France (sauf peut être par les amateurs de big trucks) a dévoilé son nouvel engin, le Nikola One :

Particularité du véhicule, il est 100% alimenté en hydrogène ce qui vraiment très très nouveau pour les US. C’est tellement nouveau que la société Nikola va, comme Tesla, créer son réseau de son station service afin que ses clients n’est pas de souci à se faire.

L’autre particularité du Nikola One est sont autonomie, la société annonce qu’il est capable de faire 2 000 km sans faire le plein.

Dernier point, notable surtout pour nous néophyte, c’est son design de camion du futur avec ses lignes aéronautiques et ses grands écrans embarqués.

Franchement, il est pas beau ce camion ? 😀

Via Engadget

Le site : https://nikolamotor.com/

Hololens : mon avis (rapide) [MinorityReport]

Si vous suivez l’actu hightech vous avez dû voir passer de plus en plus de photos de personnes en train de tester les Hololens de Microsoft, la raison est simple : la commercialisation a débuté.

Pour revenir à la base, les Hololens sont les lunettes de réalité mixte présenté par Microsoft il y a maintenant 2 ans (mon article). Réalité Mixte ? Oui, tout à fait, c’est le résultat d’un document universitaire du milieu des années 90 qui positionne la réalité augmentée comme une sous-catégorie de la réalité mixte. Pour faire simple, l’idée est de mixer la réalité et le virtuel de la manière la plus « réaliste » afin de profiter des avantages des deux mondes.

Au moment de l’annonce Microsoft (article), la société avait mis en ligne une vidéo de l’usage du casque et franchement c’était à tomber par terre, le futur comme on l’aime et assez cool pour le noter c’était une manière originale d’approcher le sujet.

Quelques mois plus tard, quelques personnes ont eu la chance de tester les premiers prototypes et les retours ont été unanimes c’est fantastique mais le champs de vision est trop étroit.

Pendant le temps de développement, de nombreux acteurs ont rejoint le projet comme la NASA ou Volkswagen pour ne citer des gros acteurs et de l’intérêt qu’à susciter les hololens.

Nous voici en octobre 2016 (je sais que nous sommes en novembre mais je suis en retard sur pleins de trucs) et Microsoft annonce officiellement la commercialisation des Hololens pour tout le monde.
Le prix est plutôt orienté pros car il faudra débourser 3000€ pour pouvoir disposer du kit de développement et de son Hololens.

J’ai donc eu l’occasion de tester à deux reprises les Hololens.

La première fois lors du HubForum, sur un stand, un partenaire Microsoft présentait une démo. Le premier contact a été en mode spectateur, il y avait 2/3 personnes devant moi qui attendaient pour tester.
A première vue, le casque est très très rapide à mettre en oeuvre, le dispositif se pose sur la tête et devient opérationnel en quelques secondes, presque pas de réglages à faire pour bien voir et pour optimiser le confort.
La démo consistait à ouvrir une « boite » virtuelle et à disposer des meubles sur le stand. Mes prédécesseurs ont servi d’exemples, j’ai pu les voir prendre en main l’interface et quand cela été mon tour j’ai pu être autonome de suite.

Pour parler rapidement de l’interface, l’idée c’est qu’il y a un genre de kinect dans les lunettes qui permet de détecter les mouvements des mains. Le regard est utilisé comme curseur et les mains cliquent, double cliquent, drag n’drop, change la taille… bref, la main est la souris comme dans Minority Report.

La démo n’était pas vraiment vendeuse (euphémisme) mais l’expérience a été très intéressante.

Le premier bilan avait été mitigé, parce que OUI, comme tout le monde j’ai été désagréablement surpris par l’angle de vue qui est plutôt étroit, la réalité dépasse sur les côtés des verres et cela réduit le sentiment d’immersion.
Pour que vous imaginiez bien c’est un peu comme si vous teniez une page A4 à 30 cm de votre visage, c’est assez perturbant.
Autre petite déception, il faut vraiment mettre les mains en face de son visage pour contrôler l’interface c’est logique, il faut que les caméras les captent mais c’est perturbant au début.
Du côté positif, le casque est très confortable et facile à mettre. J’ai aussi été bluffé par la reconnaissance de la réalité, quand j’ai sorti une table de la boite, je n’ai eu aucun mal à la poser sur le sol de manière ultra crédible.

La deuxième fois, en mode VIP, j’ai pu avoir une démo au bureau chez Lonsdale.

J’ai pu voir les Hololens de plus près et j’ai réalisé que c’était vraiment un dispositif autonome. En effet, à la différence des casques de réalité virtuelle, les Hololens sont aussi l’ordinateur, les capteurs les radars, les caméras pour gérer l’interface… C’est un énorme avantage sur tous les dispositifs que l’on a pu croiser, pas de besoin d’un smartphone ou d’un ordinateur même pas besoin d’internet pour les apps embarqués, c’est vraiment une prouesse et ça change la donne en terme d’usages.

Nous avons commencé la démo vers 9h, les Hololens étaient à 100% de batteries.

Pour le coup, c’était une tout autre expérience, dans un premier temps, la personne qui nous a fait la démo a disposer dans la salle de réunion des éléments virtuels avant de nous permettre de tester.
Premier point, la gestion de la position dans l’espace est dingue, comme dans la vidéo, si j’accroche un écran sur le mur, il se colle à la surface facilement et il devient là pour moi mais aussi pour toutes les personnes qui disposent d’un Hololens. La réalité mixte prend tout son sens quand les objets virtuels ont une présence dans la pièce. Dans la démo, entre le satellite qui flotte, le moteur posé sur le bureau, la vidéo sur le mur, le mannequin d’anatomie de 1m70 de haut l’expérience est saisissante.
J’avais pris en main l’interface, j’ai pu donc discrètement placer un chat de 1 m de haut dans un coin de la pièce que le testeur suivant à pu découvrir.

Vous l’avez compris, l’exploit de Hololens c’est de réussir (mais vraiment) la jonction virtuel/réel.
D’ailleurs, j’ai été surpris de constater que passer la déception de la première fois sur le champs visuel, je n’ai pas été ennuyé par ce défaut pour mon deuxième test. Ayant pris la mesure de la limite, on « fait avec » et l’utilisation n’en devient que plus captivante.

La dernière démo proposée était une visite d’un lieu touristique en 360°, moins immersif que le casque de réalité virtuel, le Hololens s’en sort vraiment bien dans l’exercice et le fait de ne pas être totalement coupé de la réalité est intéressant et va surement convaincre plus de gens à faire de l’expérience.

Microsoft a vraiment créé un produit de dingue, ça faisait vraiment longtemps que j’avais pas été bluffé comme ça, on est encore loin de l’usage grand public mais c’est vraiment un coup d’oeil de notre futur proche dans lequel nous allons mixer les réalités.
Vous avez compris je suis chaud. Reste plus qu’à trouver des applications solides plus proche de nous que les premiers usages très industriels.

On en reparle bientôt j’espère 😀

xp

Pepper avec Uniqlo et Engie – Nest – Darty [blogger’s job]

Hello à tous !

De retour de vacances mais aussi de quelques semaines de taf intense ! Une des raisons de mon absence ici repose sur les épaules mécaniques de mon compagnon de jeu depuis maintenant 6 mois : Pepper.
J’ai rencontré pour la 1er fois le robot d’Aldebaran en juin 2014 lors de sa présentation en France (article de l’époque) j’avais été frappé par le design et la prouesse technologique et ma conclusion était que nous allions vivre la révolution de la robotique maintenant, pas dans le futur.

En écrivant ces lignes, je n’imaginais pas que un peu plus de 2 ans plus tard, je serai un des artisans de cette révolution. Lonsdale a fait le pari en début d’année de devenir un partenaire de Softbank Robotics Europe et nous sommes donc officiellement revendeur et développeurs d’applications pour Pepper depuis le mois de juin.

Depuis Innorobo et l’annonce du partenariat nous avons présenté Pepper des dizaines de fois et si vous me suivez sur Twitter et/ou Instagram vous avez dû voir passer des dizaines de photos. Jusqu’à présent nous avions surtout réalisé de Proof of Concept et des démos avec en tête de projeter nos clients dans un futur proche.

Mais depuis la semaine dernière, nous avons passé un cap, nous avons des robots qui sont déployés sur des points de vente, face au public, sans filet et à l’époque des réseaux sociaux.

Le premier déploiement a été réalisé par Engie. L’objectif, expliquer au rayon maison connecté de magasins Darty l’intérêt du thermostat Nest. Le propos devait être simple, impactant et surtout pas orienté technophile, le but attirer des curieux dans le rayon et avoir un discours pédagogique sur la notion de confort connecté.
Pourquoi mettre des robots ? Tout simplement pour créer de la conversation avec les conseillers. Les premiers résultats sont d’ailleurs très très bons, le robot attire, fait sourire, pose les grandes lignes et le conseiller affine, explique.

Le second est le plus médiatisé cette semaine, vous devriez le voir à la TV dans la semaine, dans la presse spécialisée et généraliste, Pepper est présent dans la nouvelle boutique Uniqlo de Saint Germain des Près. Après une inauguration avec le président de Uniqlo vendredi matin, la boutique a été ouverte à tous.
L’objectif de Pepper ici est de présenter les nouveaux services du concept « Uniqlo Connect »
Pourquoi Pepper : D’abord et comme toujours pour la capacité de Pepper a attiré le public et donc à informer de manière ludique. Ensuite pour sa capacité à avoir un discours calibré qu’il peut répéter sans se lasser 🙂 et enfin dans le cas de Uniqlo, Pepper est bilingue Français/Anglais ce qui permet d’adresser un large public.

Je suis particulièrement fier de ces deux premiers projets en point de vente, c’est un peu dingue de voir les robots dans le calme du bureau puis sur les points de vente, de voir les gens utiliser nos applications et vraiment tester les limites de nos développements, autre grand plaisir de voir le robot au contact du public c’est de voir à quel point il séduit toutes les générations, si ça semble logique pour les enfants c’est plus étonnant sur les plus âgés qui réagissent souvent avec curiosité et sans crainte particulière.

J’essaierai de faire un point plus en détail sur les particularités du développement, les difficultés et les qualités de Pepper et encore une fois, si vous voulez suivre un peu mon actu avec Pepper mon compte Twitter le bon moyen.

L’attaque de babyphones [IOT]

Ce week end aux Etats Unis, les internautes ont eu la surprise de voir leurs sites préférés dysfonctionner. Pas mal de tweets pour s’étonner de lenteurs sur Netflix, de difficultés d’accès à Spotify ou à Twitter, même Reddit a été impacté.

La raison ? Une attaque DDOS sans précédent sur les serveurs de Dyn DNS un opérateur qui gère des DNS.
Pour faire simple, un DDOS est une attaque en force, durant laquelle des millions d’ordinateurs essayent de se connecter au même serveur qui n’arrive plus à répondre, devient lent et parfois devient inaccessible.
Les DNS quand à eux sont utiliser pour lier les noms de domaine www.monsite.com au bon endroit dans le serveur au moyen de séries de chiffres impossibles à se souvenir pour les nous, les gens normaux 🙂

Les attaques DDOS sont courantes, ces attaques sur les DNS beaucoup moins mais d’après le FBI et la protection intérieur l’originalité de cette attaque c’est qu’elle utilise un réseau d’objets connectés qui sont détournés de leur usage.
En effet, babyphones, frigo, caméras de surveillance, tous nos machins connectés sont des ordinateurs et presque 500 000 d’entre eux sont touché par le virus Mirai qui permet à des hackers de les utiliser pour ces attaques DDOS.

En ce lundi matin, les choses sont revenus à la normale mais c’est un calme temporaire, à aujourd’hui personne ne sait qui est à l’origine de l’attaque et aucune mesure n’est vraiment lancé pour combattre Mirai, bref, la situation vécue par les US ce week end devrait se reproduire bientôt.
De notre côté, la seule chose que l’on peut faire c’est mettre à jour tous nos appareils connectés le plus régulièrement possible et exiger des fabriquant une plus grande vigilance.

A suivre.

Pas mal d’info sur http://www.nytimes.com/2016/10/22/business/internet-problems-attack.html?_r=0 et là http://thenextweb.com/security/2016/10/21/massive-ddos-attack-dyn-dns-causing-havoc-online/