OneWheel : un autre moyen de se déplacer [PointBreak]

OneWheel : un autre moyen de se déplacer [PointBreak]

Comme beaucoup de jeunes dynamiques (hahaha) je rêve de changer ma manière de me déplacer.

Bien sûr, on est tous d'accord pour dire que LE truc est la téléportation. Malheureusement la science semble ne pas progresser sur le sujet, enfin je vais pas me lancer sur le sujet de la téléportation quantique, je gère pas vraiment…

Tout ça pour dire que quand mon pote Steph m'a envoyé le lien vers ce projet Kickstarter mes yeux ont brillé un peu.

L'idée de OneWheel est de proposer un véhicule électrique disposant d'une unique roue et offrant un confort de navigation tout à fait nouveau.

Il y a dans le déplacement avec OneWheel un truc proche du feeling du snowboard. Dans la vidéo les mecs nous offrent du rêve en parlant de l'Overboard de Retour vers le Futur, pourquoi pas, je suis client.

Seul "défaut" c'est que l'engin coûtera (si il fonctionne aussi bien que cela) la modique somme de 1 400 dollars, ce qui est beaucoup et pas vraiment beaucoup.

Il vous reste quelques heures pour investir.

OneWheel : un autre moyen de se déplacer [PointBreak]

j’ai acheté un qbikes [vivelesport]

Depuis quelques mois j’avais envie de faire un peu d’exercice. Je suis aussi confronté à la BETISE de la SNCF qui trouve plus rigolo de mettre des trains à 1 étages aux heures de pointes et ceux à 2 étages aux heures creuses.

Du coup, j’ai commencé à regarder du côté du monde merveilleux des vélos.

Le cahier des charges était clair, c’est pour aller bosser mais aussi pour me promener en famille, exit donc le Fixie et bienvenue aux équipements de papas : lumières, gardes boue, porte bagage…

Ma première idée était d’éviter GoSport et Decathlon et de faire travailler un petit commerçant au coin de la rue. J’ai donc consulté quelques boutiques mais surement à cause des 2 gros cités plus haut, ils ne sont que sur du haut de gamme ou alors avec des délais de 3/4 semaines. A la suite de cette 1ere étude de marché, le prix à payer pour le vélo que je voulais était de 399€.

A cette somme, il faut ajouter, le casque (ouais la classe) et 2 anti-vols (+/- 120€).

J’ai donc décidé de commander mon vélo sur internet 😛

Après une exploration correcte du web français, je suis tombé sur QBikes. Il s’agit d’une société de Marly dans le Nord qui existe depuis 20 ans qui fabrique ses vélos en France, ouais messieurs, dames, un vélo made in France.

Alors chez Qbikes il y en a pour tous les goûts du vélo en carbone, du VTT et du vélo de Papa comme il faut 🙂

La bonne surprise a été de trouver un modèle qui rempli toutes mes exigences vendu 200€ (+40€ de fdp).

Après quelques jours d’hésitation, j’ai commandé mon Sequence que j’ai reçu en 48h dans un gros carton. Il m’a suffit de quelques coups de clé Allen et l’engin était prêt à fonctionner.

Pour l’instant, j’ai fait environ 50km et une chose est sûre, ça fait mal aux fesses… C’est mon 1er vélo depuis 15 ans, il fait bien le boulot, j’ai pas de reproches à lui faire, puis il est même plus joli en vrai que sur la photo. Techniquement, je suis pas encore qualifié, il roule 🙂

Par contre, je suis très content, je découvre un peu Paris parce que dans le métro mon sens de l’orientation était plus mis à mal et puis c’est assez agréable de se ballader nez au vent.

Prochaine étape, acheter des cuisses pour arrêter de me faire doubler par des nanas en tailleur sur des velib »….

Velocchio le rétroviseur pour cyclistes [Lépine’s touch]

Tous les ans se déroule le concours Lépine qui réunit la fine fleur de l’innovation pas forcement trop numérique et c’est là que l’on réalise qu’il y a encore pas mal de bonnes idées qui restent à trouver.

Le Velocchio qui peut dans un premier temps paraitre une idée un peu tordue et j’en suis sûr une bonne idée 😉

Le principe : une sorte de sangle avec un rétroviseur pour les cyclistes.

je cite :

« Le rétroviseur Il tourne sur lui-même et préserve ainsi la main du cycliste en cas de choc. Il se déporte vers l’extérieur pour s’adapter aux tailles et postures de chacun.

Le miroir Afin d’offrir la meilleure visibilité, il pivote de haut en bas et de gauche à droite. Extrêmement résistant, le miroir ne se brise pas en cas de choc.

La sangle d’attache Velocchio est doté d’une sangle d’attache ajustable et élastique, la sangle convient aux adultes et aux enfants, aux mains nues ou gantées. Fabriquée en élastomère, elle allie robustesse et confort. Ainsi, Velocchio devient un accessoire universel. »

Le produit est dispo sur le site pour un peu moins de 30€ et dans plusieurs coloris. Reste à savoir si les gens vont assumer l’accessoire (et son nom) mais bon ça c’est une autre histoire…

Taurus Concept : la moto-segway [hell’s angels]

Concevoir et imaginer les véhicules de demain est un chemin difficile, déjà avec le Segway beaucoup d’entre nous étaient sceptiques et amusés à la fois.

Voici venir le Taurus Concept :

Hybride entre la moto, le segway et des images de science fiction, on ne sait pas si ce concept verra le jour mais on peut déjà imaginer les vidéos de chutes que l’on pourra voir sur YouTube dès que la bête sera disponible. Le designer se nomme Erik Lanuza

Je passe mon tour et j’attends le prochain concept…

via Wired

Google pourrait se lancer dans la vente d’électricité [green dream]

On sait que Google a des besoins immense en terme d’energie électrique, certain analystes indiquent que la firme absorbe avec ses 30 mega data-center l’équivalent de la production d’une vingtaine de centrales nucléaires.

C’est pour cette raison que la firme a demandé à l’état américain l’obtention d’une licence pour devenir fournisseur d’électricité. Aux USA comme en France depuis peu, le marché de l’énergie est complètement ouvert et il y a donc des entreprises qui fabriquent et d’autres qui la revendent.

Si Google veut devenir revendeur c’est avant tout pour pouvoir acheter directement son courant en gros et ainsi faire des économies. Cette démarche est déjà opérationnelle pour le géant de la distribution Wall-Mart.

D’après l’annonce de Niki Fenwick, porte parole de Google, l’objectif est de faire des économies mais surtout de pouvoir n’acheter que de l’électricité issue de source d’énergie renouvelable et de devenir « neutre » en terme d’émission de gaz à effet de serre.

Cette volonté de Google de se tourner vers une consommation électrique plus verte est saine et j’imagine que la tentation à terme de devenir un opérateur énergétique doit être forte.

C’est au gouvernement américain de décider, wait and see.