Zynga ou la domination par le social gaming [socialMaster]

Si vous suivez l’actu des réseaux sociaux vous avez certainement déjà entendu parler de la société Zynga.

Zynga est une société américaine fondé en 2007 qui est à l’origine d’un « social gaming » au succès incroyable : Farmville.

L’entreprise a déjà levé 400 millions de dollars en 4 round afin d’acquérir d’autres structures, de créer de nouveaux jeux et de supporter la charge. Une infographie (comme elles sont très à la mode en ce moment) vient de paraitre et qui donne un regard sur l’entreprise et ses 235 millions d’utilisateurs par mois.

Dans les chiffres marquant ont peut citer que farmville est tellement populaire qu’il se vend plus de tracteurs virtuels par jour que de vrais pendant 1 an aux US, que l’entreprise devrait engranger 450 millions de $ de CA cette année et que les jeux Zynga occupe 6 place dy top 10 de Facebook. Enfin en ayant vendu 1,6 milliards de biens virtuels Zynga est le 2eme plus gros client de Paypal dans le monde…

Je dirai pas que ça fait rêver mais c’est impressionnant.

via GAS

Second Life entreprise la solution « behind the firewall » [nebraska]

Voil? c’est officiel la Beta de Nebraska est désormais disponible, cela a été annoncé hier sur un des blogs de Linden Lab.

Nebraska désormais Second Life Entreprise est un produit promis par Linden Lab depuis maintenant des mois et représente un vrai virage dans l’histoire de la société californienne qui a quand même 10 ans.

Second Life Entreprise doit permettre aux grandes entreprises ou institutionnels de déployer leur propre Second Life sur leurs serveurs en se dédouanent de l’hébergement actuellement géré par LL. L’entreprise aura donc son univers virtuels (son SL) qui peut déconnecté ou pas de l’internet. Les grandes entreprises sont très vigilantes sur l’étanchéité de leur réseau informatique et l’absence de cette solution a paralysé pas mal de projets.

SL Entreprise est accompagné d’une place de marché « SL Work marketplace » une version SL de l’appstore où il sera possible d’acheter les éléments nécessaires ? l’optimisation ou ? la personnalisation de l’environnement de travail collaboratif. Cette place de marché a pour but d’offrir une aide aux entreprises mais aussi de donner un aspect plus « pro » aux développeurs et entreprises spécialisées du domaine.

SL Entreprise ne peut aujourd’hui être vendu et installé que par les Golden Solution Provider dont Immersive Lab fait partie 😀

Mon avis sur SL entreprise est que c’est un mouvement intéressant qui peut permettre d’amener de nouvelles entreprises ? penser utiliser ce type de solution dans le cadre de leurs formations et réunions virtuelles. Le prix fixé ? 55 000$ est peut être la partie sensible car Second Life souffre de son image alors que c’est un outil de communication et d’échange performant et éprouvé. J’attend de voir maintenant les réactions pour voir si SL Entreprise va devenir la seconde vie de Second Life.

Pyretic -> Oloron sainte Marie -> Paris [blogger’s life]

Retour ? la Capitale, après mon passage au siège de Immersive Lab, quelques réunions et surtout Pyretic.

C’est amusant de se sentir bien dans ces deux endroits tellement ils sont différents. J’aime Paris pour le dynamisme, l’énergie ambiante, la foule, le bruit et bien sûr la ville. D’un autre côté, un petit passage en Béarn, c’est le côté retour aux sources, le calme, le bon air, la bouffe (mais on peut manger pas mal quand même ? Paris), et bien sûr les potes et la famille.

Stand Immersive Lab

Pour faire un peu le bilan de Pyretic, je dirai que c’était une première réussie, un peu moins de 50 exposants et quelques centaines de visiteurs qui se sont gentillement répartis tout au long de la journée. Il est évident que nous étions les seuls ? proposer des solutions de formations et de réunions dans un espace en 3D, du coup en plus des personnes intéressées nous avons aussi répondu ? bon nombre de curieux. J’ai été assez agréablement surpris de l’accueil général des gens qui n’ont pas pris peur de la « virtualisation » et qui était plutôt enthousiasmé sur le potentiel de l’outil. Je m’attendais ? une opposition plus farouche mais au final je n’ai eu ? faire qu’? 1 seul sceptique. Les conférences ont apporté leurs de nouvelles questions et de nouvelles interrogation sur les usages.

Parmi les autres présent, il y avait les institutionnels, quelques web agency locale et les services indispensables aux entreprises comme les vendeurs de copieurs et les gestionnaires de standards téléphonique. Quelques espagnols c’était bien sûr joint ? la fête mais comme j’ai passé la plupart de mon temps sur le stand ? expliquer la plus value de notre service je n’ai pas vraiment pu étudier les offres sur place (et ? manger du Russe, un gâteau d’Oloron)

photo

La journée c’est terminée avec une séance du « carrefour des possibles » animée par la FING où une dizaine de projet ont été présentés et au risque de paraitre sévère je n’ai pas eu de coup de cœur. La soirée c’est achevée l? pour moi.

J’ai ensuite passé la journée ? Oloron Sainte Marie (carte en bas du billet parce que j’en ai marre que vous confondiez avec Oléron). Toute l’équipe de Immersive Lab (sauf moi) est basé dans cette petite ville du Béarn. Il se trouve donc qu’une grande partie des contacts avec l’équipe passe par internet et chaque passage est l’occasion de partager l’ambiance et de parler de vive voix des projets. Il y a pas ? dire le contact humain c’est pas mal, on avance pas mieux, ni plus vite (voire au contraire) mais c’est vraiment agréable.

C’est vraiment un coup de bol d’avoir une boite dont les bureaux se trouve dans sa région d’origine et qui en plus fait tous les efforts pour y rester. Il est temps de rentrer ? Paris pour reprendre l’autre vie que j’aime.

Go! go! go!


Afficher Oloron Sainte Marie / Pau / Pyretic sur une carte plus grande

Du social gaming ? la GayPride [Numeric worlds]

En ce moment se déroule ? San Francisco le Social Gaming Summit qui a pour objectif de réunir les experts, les analystes et les promoteurs de ce nouveau genre de jeu en ligne basé essentiellement sur l’expérience collective.

Pour l’instant, nous savons que c’est bien sûr Facebook et Twitter qui vont avoir la vedette car ils sont sous les feux des projecteurs mais des résultats d’expériences sur MySpace devraient aussi être détaillées. Si les grands réseaux sociaux sont bien sûr des domaines avec une grosse marge de progression, des business cases sur le Live de la Xbox360 (système de mise en réseau) devraient démontrer que la console de salon ? encore beaucoup d’avenir. Les éléments dont on disposent font aussi état des nombreuses initiatives liées ? notre grand pote l’iPhone qui en devenant un support de jeux vidéos connecté ? internet offre aussi un potentiel énorme. J’espère que les vidéos des confs seront disponibles.

Dans un article de ce matin sur GigaOM sont dévoilées les 3 rêgles qui font la réussite d’un social game : 1- Les joueurs sont contents de jouer avec leurs vrais amis. 2- Ils offrent aux joueurs la possibilité d’exprimer leur personnalité (gentil/méchant, voleur/marchand, …) 3- Les joueurs vivent une vraie expérience riche (customisation de l’avatar, progression dans le jeux, biens virtuels)

Comme beaucoup d’entre nous, je suis joueur et j’avoue être d’accord avec cette analyse bien qu’elle soit trop légère pour être la raison d’un succès, ces rêgles peuvent être appliquées comme la base du social gaming mais le chemin est long et parfois surprenant jusqu’au succès, sans compter sur le dynamisme des communautés et leurs facultés ? détourner les outils. Notez que je n’évoque pas ici Second Life qui est basé sur le user generated content et qui est donc un social game par essence.

Pour illustrer mon propos, j’avoue que l’organisation tous les ans depuis 5 ans de la Gaypride dans World Of Warcraft est un bon exemple, organisée par 2 Guildes Gay, l’évènement ? eu lieu le 20 juin et a réuni plusieurs centaines de personnes autour de défilés et de soirées festives. Pour ceux qui ont raté ça, une petite vidéo 😀

Google revient vers la 3D [browser-based]

La petite entreprise californienne Google vient remettre les pieds dans le monde de la 3D. Depuis cette nuit est disponible o3d une api et un plugin pour tous les OS.

En tant que non techniciens, je vais laisser mon boss passer ses nuits blanches avant de penser que c’est une bonne chose que Google pousse cette techno. Comme le dit David, un des intérêts de cette annonce est que Google est l’une des rares boites ? pouvoir tenter d’imposer un standard.

Plus d’infos sur O3D ici Les premiers pas de David Castera ici