Mother Russia Bleeds : double dragon of rage 2016 [PEGI25]

Déjà une grosse semaine que Mother Russia Bleeds est dispo sur Steam et les critiques sont unanimes, ça fait du bien un bon beat them all !

Mais repartons du début, Mother Russia Bleeds est un jeu du petit studio Cartel basée à Paris qui s’est lancé il y a déjà de nombreux mois le challenge de remettre au goût du jour 2 jeux de notre enfances : Double Dragon et Street of Rage.

Le principe du jeu est le même, un à trois joueurs qui se déplacent de gauche à droite dans un déluge de violence.
Il s’agit de la version 2016 de ces jeux d’autrefois, résultat, il y a un petit goût de Hotline Miami dans le rythme, la précision des enchainements et dans la musique électro qui transporte le joueur.

L’univers graphique est quand à lui plutôt étrange, un pixel art qui vous plonge en URSS au milieu des années 80, une couche de mystique et de science bizarre rend l’ambiance vraiment unique.

Le joueur normal réagira à la violence et aux images comme des éléments du décors, de l’ambiance, comme un tout qui constitue une oeuvre vidéoludique. Par contre, vu de l’exterieur, ça peut piquer le cerveau mais bon, maintenant que Game of Thrones est mainstream, je pense qu’on est tranquille sur le sujet de la violence 😀

Le jeu est difficile mais de la bonne difficulté, celle qui donne envie de recommencer jusqu’à réussir à tuer ce boss de fin de niveau et ne pas finir en morceaux.

Après quelques petites heures de jeux, je ne peux que vous pousser à mettre votre CB et dépenser les tous petits 15€ que coûte le jeu.

ps : le jeu est dispo sur Steam MacOS/Win, GOG, HumbleBundle et sortira sur PS4 bientôt.
http://motherrussiableeds.com/

ps2 : Vous voulez plus de musique : https://soundcloud.com/fixions

Reigns : le jeu du trône de pixels [indieGame]

Découverte de la toute fin des vacances, Reigns est un jeu plutôt original car il propose de se mettre dans la peau d’un roi et de tout faire pour garder son trône.
Pour régner, il suffit de faire des choix entre deux propositions faites par des cartes, chaque action va venir augmenter ou diminuer 4 jauges (religion, finance, peuple, guerre), seul l’équilibre permet de se maintenir au pouvoir.

Par exemple, lorsque vous rencontrer la carte Alchimiste et que vous commencez à accepter l’évolution scientifique vous perdez de la jauge Religion, si celle ci arrive à zero, c’est perdu.

Le système de glisser à gauche ou droite « à la tinder » permet d’aller vite et donc de jouer de manière super fluide, le jeu en devient plus addictif. Chaque partie débloque des nouvelles cartes et donc au fur et à mesure de le joueur devine les mécanismes le jeu propose de nouveau choix et de nouvelles conséquences.

Graphiquement, c’est du super pixel art et vraiment la traduction a été très très bien réalisée et c’est donc un plaisir de jouer à la version française. GG !

Le jeu est dispo sur Steam (win/mac), Android et sur iOS pour 3€ ça serait dommage de passer à côté 🙂
Tout est là : http://nerial.co.uk/reigns/

Vidéo :

1

Enter The Gungeon : réflexes, réflexion et donjons [JeuxVideo]

Enter The Gungeon est la dernière pépite édite par les gentils dingues de Devolver Digital dont je parle très très régulièrement sur ce blog. Comme pour un très bon label musical, la caution Devolver Digital garantie au joueur qu’il va vivre une expérience.

ETG est le premier jeu de Dodge Roll Games et de l’aveux même de Dave Crooks qui prend la parole pour le studio, il était question de faire le jeu auquel ils avaient envie de jouer, soit quelques choses avec un petit peu de Biding of Isaac, Nuclear Thrones, Spelunky, DarkSouls… Bref, tous les titres que les gens de goût adorent 🙂

ETG est donc un rogue like et il faudra donc être prêt à retourner dans les donjons générés aléatoirement à de nombreuses reprises pour espérer trouver le graal du jeu, l’arme ultime qui permet de tuer le passé. Les protagonistes ont tous un secret dans leur passé qu’ils souhaitent faire disparaitre et derrière ce scenario se cache la possibilité de jouer des personnages qui n’ont pas les même compétences spéciales.
Concrètement une partie se déroule comme ça :
– Choisir un personnage en fonction de son feeling (et de ses armes de base)
– Entrer dans le donjon
– Visiter les niveaux, affronter les boss pour les terminer
– Explorer pour trouver des coffres, des armes, le marchand pour acheter des trucs, essayer de resoudre quelques mystères en passant
– Si tout se passe bien, il parait qu’il est possible d’arriver au bout du jeu en 1h. Personnellement pour l’instant je suis encore en phase d’apprentissage. Donc si j’arrive à survivre 20 mins je suis joie.

A noter que comme dans Spelunky, pas de place à l’injustice, c’est toujours de la faute du joueur lorsque celui ci perd, c’est l’apprentissage à la dure mais c’est ainsi.

La réponse à la question : est ce que je recommande enter the gungeon ? Evidement OUI.
C’est intelligent, c’est rythmé, c’est un jeu qui va occuper des dizaines d’heures, c’est difficile mais juste, j’adore le design, il y a déjà une super communauté, c’est dispo sur PC, Mac et PS4, c’est pas cher…
Franchement au pire, mais vraiment au pire, achetez le comme acte militant pour soutenir le jeu indépendant ! GO : http://dodgeroll.com/gungeon/

AllTheGuns

GungeonActivities

Downwell : le jeu indépendant de la rentrée [réflexes]

DownWell c’est un peu la sensation du moment, le jeu indépendant qui fait l’unanimité chez tous les joueurs qui ont pu y mettre les mains dessus.

Comme vous l’avez déjà compris, il a toutes les spécificités du jeu que je vais aimer a priori : indépendant, en pixel art qui va bien, rogue like, difficile, basé sur les réflexe et la patience…

Et bien sûr, il est édité par Devolver Digital.

Le principe, une descente vers les enfers armé seulement de vos « gun boots » et de quelques « vies ». Le seul moyen de gagner est d’être précis, attentif et d’avoir les bons réflexes. Pour aider l’aventurier, la collecte de pierres rouges va permettre d’acheter des upgrades qui viendront s’ajouter à celles obtenus en passant les niveaux. Plus le joueur va loin, plus le héros est fort et les dangers nombreux.

Caractéristique exceptionnelle, le jeu est sorti sur PC et iOS en même temps (soon sur android) et remporte le même succès d’estime sur les deux plateformes. Sur PC, il va jouer du côté des Spelunky avec son gameplay fin et sur iPhone, il démontre qu’il est possible d’avoir un jeu précis sur un écran tactile.

Pour ma part, j’ai juste commencé à tester sur steam mais chaque partie me donne envie d’y revenir, de faire un petit saut dans le vide. J’avoue que je me demande même si je vais prendre la version iPhone à(2,99€) pour mieux profiter du jeu.

Pour résumer : Pour 3€ vous avez la chance de pouvoir tester et découvrir LE jeu indé de cette rentrée scolaire et comprendre pourquoi le jeu indépendant est la meilleure chose qui soit arriver aux jeux vidéo ces dernières années.

Le site web : http://downwellgame.com

 

 

Hatoful Boyfriend : le jeu le plus étrange [avecdesPigeons]

Hatoful Boyfriend : le jeu le plus étrange [avecdesPigeons]

Chez tous les amateurs de jeux indés il y a une signature qui fait prendre à n'importe quel jeu de la valeur : Devolver Digital. Devolver Digital est une entité de nouvelle génération, pas éditeur, pas distributeur, c'est plutôt un genre de label dans le jeu et le cinéma.

Dans le jeu indé ils on de très très nombreuses références comme Hotline Miami, Gods will be watching, broforce, luftrausers ou heavy bullet pour ne citer que quelques jeux testés ici.

Bref, quand Devolver signe un jeu ma curiosité est immédiatement en éveil, et là, je me retrouve devant l'écran d'accueil de Hatoful Boyfriend.

Hatoful Boyfriend : le jeu le plus étrange [avecdesPigeons]

Hatoful Boyfriend est un visual novel, une sorte de livre dont vous êtes le héros en jeu vidéo. Au niveau du gameplay c'est assez simple, les personnages échangent, discutent à un moment il faut prendre une décision, faire un choix, supporter un des participants.

Le résultat de nos choix vont impacter le déroulement de l'histoire et surtout la relation que nous avons avec les autres personnages de l'histoire.

Dans Hatoful Boyfriend vous êtes une jeune fille qui arrive pour son premier jour dans un lycée japonais mais le Monde a vécu une sorte de cataclysme et il est désormais dirigé par les pigeons. Oui. Des oiseaux.

Du coup, vous, seule humaine dans un univers de pigeons vous allez devoir traverser les années scolaires.

Mais en réalité, votre but n'est pas de survivre à votre différence mais de vous mettre en couple. Oui, vous avez bien lu, l'objectif du jeu est de faire tomber un des pigeons avec l'héroïne. C'est absurde. Complètement. Mais au fond pas plus que l'activité quotidienne de nos amis oiseaux, que les dialogues entre les personnages, que les clichés que véhicule chaque protagoniste.

Hatoful Boyfriend est tellement absurde qu'il réalise la prouesse de vous faire basculer dans son Monde. Il faut bien sûr passer un premier cap, lire l'anglais, admettre qu'il y a un but du jeu et qu'il faut vraiment diriger ses actions pour atteindre son but.

Une partie de Hatoful Boyfriend dure environ 90 mins (on peut sauvegarder en cours de partie bien sûr), au bout de cette échéance on est en couple ou sorti du jeu. L'idée est donc d'y retourner pour séduire un autre oiseau, débloquer d'autres parties de l'histoire et du background complètement dingue dans lequel évolue le jeu.

A la manière d'un Gods will be watching, il est difficile de conseiller Hatoful Boyfriend, c'est le genre de jeu dans lequel on décide de s'investir un peu, de passer le cap, d'accepter un peu de la folie des gens qui sont derrières. Hatoful Boyfriend c'est une expérience vidéo-ludique, une de plus, à réserver aux connaisseurs, aux explorateurs et bien sûr aux fans de littérature japonaise contemporaine…

Hatoful Boyfriend : le jeu le plus étrange [avecdesPigeons]