Motorola Razr i : Android avec Intel Inside [Test]

Je viens de passer 10 jours avec le Motorola Razr i. Il s’agit d’un des premiers modèles de smartphone suite rachat de Motorola Mobility par Google et il offre une originalité c’est un processeur Intel qui l’équipe.

D’ailleurs commençons par éliminer la partie chiffres, le RAZR i possède un écran 4,3 pouces en définition 960×540 pixels et technologie Super AMOLED, un capteur 8 mégapixels à l’arrière, un capteur frontal, du NFC, du WiFi, un GPS, Android 4.0.4 (ICS) et un Intel Atom à 2Ghz. Il pèse quelques petits 126 grammes (tous les détails sont là).

La première chose a noté est le design. Certes c’est un rectangle avec un écran tactile mais prouesse de Motorala il ne ressemble pas à un autre. On l’aurait pas cru mais les fabricants arrivent à marquer des différences visibles entre les appareils. Au niveau de la finition on est vraiment bien servi avec un dos fibres de Kevlar et un vrai sensation de solidité de l’ensemble. C’est un des design que je préfère actuellement, on m’a fait remarqué qu’il était assez masculin, je sais pas mais je le trouve plutôt élégant avec sa robe noire et les touches grises mattes.

Au démarrage on est un peu agressé par le choix des couleurs du fond d’écran, certainement là pour rendre hommage à l’écran Super AMOLED Advanced HD. Une fois ces couleurs flashy oubliées, on se retrouve devant une version 4.0.3 d’Android avec une surcouche assez légère. Motorola ajoute un widget plutôt sympa qui montre l’heure, la charge de la batterie et la météo. Originalité en glissant vers la gauche on accède à des raccourcis de paramètres comme l’activation/désactivation du wifi, du BT ou du GPS. Pratique. Comme je l’indiquais dans mes tests précédents (ici et là) je trouve vraiment que la version 4 d’Android offre un vrai confort d’utilisation. Le processeur Intel gère ça à merveille dans presque toutes les situations, j’ai juste un ralentissement quand je passe de la home à la liste des apps mais je pense que ça vient de la surcouche de Motorola. Objectivement c’est presque rien. Si cela reste de l’Android 4, il faut quand même relevé le fait que processeur Intel oblige certaines applications développées en particulier pour les processeurs Nvidia peuvent ne pas fonctionner. Elles sont masquées sur le PlayStore ce qui peut éviter la frustration mais aussi provoquer l’incomprehension de ne pas trouver ce que l’on cherche.

Côté autonomie. En utilisation « normale » j’ai constaté qu’il pouvait faire un peu plus d’une journée. Peut être les performances d’Intel, en tout cas, il se comporte plutôt bien sur ce terrain là. Attention je compare avec les smartphones en général…

Design, taille, poids, perf, il ne lui manque à mon avis que le HSDPA pour vraiment me séduire. J’ai été agréablement surpris par ce modèle qui colle pas mal avec mes attentes. Je ne sais pas encore si je suis vraiment un amateur des très grandes tailles d’écran que l’on voit de plus en plus. Il coute à cet instant (seulement 24h après les annonces de Google) 399€ nu.

Et comme je suis sympa, la pub même si elle est un peu niaise 🙂

Motorola Atrix : mobile et puissance [etDuCoeur]

atrix

Cela fait maintenant 1 mois que j’ai le plaisir de tester le Motorola Atrix gentiment prêté par mes amis de Orange Business Service.

Le Motorola Atrix avait été annoncé en janvier lors du CES et avait à l’époque marqué les esprits par ses performances et le bundle qui l’accompagnait. L’idée défendu par l’Atrix est de proposer un mobile qui devienne le coeur de la vie numérique de son propriétaire. Pour se faire, l’Atrix dispose d’un processeur dual core Tegra 2 de nVidia et d’accessoire mais j’y reviendrai.

L’Atrix est un mobile sous Android 2.2 pour l’instant mais d’ici septembre il devrait pouvoir passer à la version 2.3 et aux customs firmware, en attendant Android 4 qui vient d’être annoncé. Je n’avais pas passé plus d’1 mois sous Android depuis la version 1.6, que dès lors on pourrait comparer à une version pré-beta. Android 2.2 est désormais un OS mature, agréable à utiliser et disposant d’un parc d’application complet. J’ai été surpris de voir presque tous les titres à succès de l’iPhone dispo sur le marketplace.

Le système des notifications qui va être copié par l’iOS 5 est vraiment confortable, le multi-tâches performant mais complexe à bien gérer et la présentation générale de l’OS ne devrait déstabiliser personne. Je pense qu’à partir de cette version d’Android, on peut être sûr que pour un utilisateur « normal » la vie avec Android est devenu agréable. Mention spéciale à Google Maps qui ringardise la version iOS actuelle. Côté soft, Motorola offre peu de chose supplémentaire mais le lecteur vidéo qui permet d’afficher des vidéos HD 1080p via la prise HDMI fonctionne très bien. L’Atrix est aussi compatible DNLA, il est donc possible de lire/acceder à des contenus sur un NAS ou depuis une PS3 (par exemple). Cela peut paraitre s’adresser à peu de personne mais quand on est équipé ça donne une expérience vraiment sympa.

Côté hardware, un Tegra 2, 1 Go de RAM, 16Go de mémoire interne + support des cartes MicroSD, un écran de 4 pouces 540 pixels par 960 pixels protégé Gorilla Glass, de la 3G, du wifi, le GPS… La fiche technique est là

Au niveau du design, le faux effet carbone donne un look classe à l’appareil et malgré une taille un peu au dessus de la moyenne reste cohérent et agréable en main. Moi j’adhère, après les gouts…

J’ai donc pu utiliser le mobile dans les conditions réelles d’utilisation, sans devoir me dépêcher à publier ce test. J’imagine que le fait que cet Atrix m’est apporté totale satisfaction doit déjà un peu se comprendre dans cet article. Mis à part l’APN j’ai vraiment aimé cet appareil. La puissance du Tegra 2 fait que l’OS tourne à merveille, que les app se lancent à la vitesse de la lumière et que l’expérience utilisateur est convaincante. Certes, parfois, quelques ralentissement apparaissent mais cela ne dure jamais plus de 2 secondes. L’autre découverte pour moi, a été le support de Flash, le Tegra, le Go de ram font que lors de la navigation sur internet la lecture du logiciel d’Abode se passe sans problème. L’app YouTube de mon Atrix a tendance à planter, à vrai dire aucun besoin de la lancer. Cela peut paraitre idiot mais le support (réel) de Flash libère d’une limite crispante sur l’iPhone. Dernier point important l’autonomie m’a semblé très bonne avec 2/3 jours avec un usage tranquille et sans jeux en 3D.

Comme je l’indiquais plus haut l’Atrix peut bénéficier de 2 accessoires en option, un dock sur lequel on plugge l’engin, un écran, un clavier et une souris et un netbook qui va ajouter de l’autonomie et un bon clavier. Les 2 accessoires fonctionnent sous un Linux maison et permettent d’acceder aux contenus du mobile et d’avoir donc 1 unité centrale dans la poche et des écrans pour visualisé le contenu. Très malin bien que un peu cher. Je n’ai pas eu la chance de tester les accessoires, je vous laisse donc chercher sur le net 😉

En conclusion, je dirai donc que j’ai été agréablement surpris par le couple Motorola/Android2.2 et je suis content de voir que la marque Américaine a les moyen de rester dans la compétition mondiale. L’Atrix est un bon mobile qui a des performances excellentes et ne mérite plus qu’un upgrade de sa version Android.

ps : je suis tombé sur ce très complet/bon test de l’Atrix sur le blog de Maxime Johnson

Motorola Atrix : le personal mobile [connecting connections]

Motorala que tout le monde croyait en train de mourir à petit feu a réussi à se remettre en jambe depuis une petite année, alors certes pas vraiment en France mais dans son pays les Etats Unis.

Motorala devait donc faire le buzz au CES et la société a marqué les esprits avec son modèle Atrix.

L’Atrix est un smartphone 4G,un écran tactile de 4″ et Android 2.2. Si à première vue, rien ne le distingue des copains, l’Atrix dispose de 2 nouveautés matérielles intéressantes. Il est équipé d’une nouvelle puce 1 ghz à double coeur au doux nom de Tegra 2, une nouvelle bestiole pour mobile de Nvidia. Deuxième bonne chose, l’Atrix dispose de 1 Go de RAM, élément le plus important ou presque de l’expérience utilisateur, ce qui devrait lui permettrait d’offrir un confort proche de celui d’un petit ordinateur. (tous les chiffres)

Motorala a donc profité de la puissance de son dernier né pour proposer au rayon des accessoires une « carcasse » de netbook sur lequel il est possible de connecter l’Atrix, mais ici pas de synchronisation, le netbook affiche directement le contenu du téléphone, ce dernier devient donc l’unité centrale de la machine.

L’Atrix change donc la manière que l’on peut avoir de consommer l’information personnelle, en évitant d’avoir à synchroniser, tous les documents, photos ou vidéos, suivent l’utilisateur de sa poche à son canapé, voire sa TV, un dock va être disponible avec une prise HDMI.

L’Atrix n’est pas encore disponible et bien sûr il va falloir tester en vrai pour savoir si le confort est à la hauteur du buzz généré mais il est certain que Motorola nous montre comment nos usages vont changer dans les années à venir et comment, encore plus qu’aujourd’hui, nos mobiles seront précieux et fédérateurs de notre vie.

AU delà de l’Atrix, l’autre bonne nouvelle pour les geeks, c’est que la guerre entre les fabriquants de puces pour mobile commence à porter ses fruits, Nvidia, AMD/Ati et Intel ne vont pas en rester là, surtout qu’Apple et son A4 font passer les iPods et les iPads pour des machines à jouer…