Spire : connecter sa respiration [quantifiedEverything]

Spire est un tout nouvel objet connecté made in USA.

L’idée est comme souvent super simple : un accessoire que l’on va attacher sur soi et qui va contrôler notre respiration. Au moyen des mesures qu’il va capter et des algorithmes créés par la société, l’application iOS relié en bluetooth va émettre des recommandations.

Concrètement en cas d’énervement, elle vous conseille de vous calmer, de prendre quelques secondes pour respirer.

Spire serait le résultat de 7 ans de recherche et surfe à fond sur la vague du Yoga connecté et de toutes les tendances liées à la méditation. Pour seulement 150$ peut être que vous pourrez rencontrer la zenitude.

Qui pour tester ? 🙂

Le site : http://www.spire.io/

people_wear-1d5755c99024778dd982e71c6c31d42d

three_spire-914e23152e749577c5b8173a605e3a1c

RunSense : quand Epson se lance dans le sport connecté [test]

RunSense : quand Epson se lance dans le sport connecté [test]

Vous connaissez forcément Epson mais vous ignorez peut être qu'il s'agit d'une entreprise qui est lié à Seiko et une grande entreprise historique japonaise.

Epson a décidé de sortir de ses gammes habituelles pour prendre le train de la santé et du sport connectés en lançant 2 gammes de produits, les Pulsense orienté bien être et les RunSense pour le running. Chaque gamme dispose de plusieurs modèles pour coller aux budgets mais aussi aux exigences de chacun.

Depuis environ 1 mois, j'ai l'occasion de tester la RunSense SF 710S lors de mes petites sorties de course à pied.

Au déballage on peut constater que Epson a fait le choix de la simplicité et de l'efficacité, les RunSense ont un look sobre et les matériaux donnent un sentiment de solidité. Je pense que l'aspect de l'appareil donne une identification forte sur sa clientèle cible, les amateurs de performance et de sobriété.

4 boutons servent à contrôler toutes les fonctionnalités et l'ergonomie est globalement réussie, on pourra parfois un peu râler mais il est plus question de s'habituer et de prendre ne main l'appareil qu'autre chose. L'écran en noir et blanc est très lisible dans toutes les circonstances et permet d'afficher les informations importantes, il est possible de l'organiser et de faire défiler plusieurs écrans personnalisés pour adapter à ses envies/besoins.

La montre est résistante à l'eau donc pas de problème pour courir sous la pluie.

Pour moi, le gros point fort de cette RunSense est son système GPS, il est d'une efficacité redoutable et consomme très peu d'énergie, Epson annonce 30 heures de courses entre 2 charges.

J'ai été surpris de constater des écarts de l'ordre de 10% par rapport aux données enregistrées par mon iPhone et les apps de running comme RunKeeper et Nike+Running. C'est même un peu désagréable de voir que quand l'app vous indique que vous avez passé la barre des 5 km, la montre vous indique qu'il reste encore 400 mètres à faire.

Je pense que c'est important d'avoir conscience de cela quand on se prépare pour des courses un peu longue et que l'on a besoin de disposer de données fiables. Epson ajoute à cette précision une technologie maison, basée sur des algorithmes qui permet de mieux analyser la foulée et de corriger en temps réel si il y a une perte du signal GPS ou des incohérences.

La combinaison du GPS et du "capteur de foulée intelligent" est une réussite.

Côté option, il est possible de rajouter un capteur de fréquence cardiaque, seulement inutile sur le très haut de gamme qui va disposer d'un capteur intégré directement à la montre.

Côté collecte des données, il est possible de synchroniser avec un smartphone ou via son ordinateur (PC/Mac), Epson a pas mal de travail à fournir de ce côté là, ça fonctionne, c'est propre mais ça manque peut être encore un peu de polish. Mais il faut bien admettre que c'est la partie la plus "facile" à améliorer.

En conclusion, je dirai que j'ai beaucoup aimé courir avec, je trouve que de ne pas prendre son smartphone est une super idée, avoir juste l'appareil au poignet offre un vrai confort et l'efficacité, l'autonomie et l'ergonomie de l'ensemble m'a convaincu.

Pour en avoir discuter autour de moi il faut bien voir que l'on est pas là dans le gadget ou le bien être, il s'agit d'un appareil pour ceux qui souhaitent vraiment s'améliorer, préparer des courses et pouvoir vraiment planifier leurs programmes d'entrainement.

PS : si vous voulez vous mettre à courir ou améliorer vos perfs, je vous invite à jeter un oeil au site de mes amis de Jiwok, un service qui vous aide à programmer vos entrainement et à vous améliorer.

RunSense : quand Epson se lance dans le sport connecté [test]

Polar H6 : émetteur de fréquence cardiaque [EcouteTonCoeur]

Polar H6 : émetteur de fréquence cardiaque [EcouteTonCoeur]

Depuis novembre je cours un peu. Disons que là je viens de faire mon 100ème km. C'est pas mal, c'est pas non plus la super perf, mais au moins je fais quelque chose et j'en suis content.

Du coup pour moi courir ça veut dire lancer 5 apps sur mon iPhone et tester les trucs connectés/connectables qui vont avec l'activité physique. (bon y a eu aussi le coup de coeur pour mes chaussures, ça change la vie de la course des bonnes chaussures).

Premier point, désormais clair pour moi, aucun bracelet/podomètre du marché n'est adapté à la pratique de la course à pied. Alors certes ils vont mesures l'information, vous donnez un bonus et vous faire atteindre votre objectif mais comparé à ce que vous offre les apps sur smartphones comme Nike+ ou Runkeeper c'est vraiment approximatif.

Depuis mon test du Polar Loop, en plus d'avoir découvert la marque, je vois souvent des références au cardio-fréquencemètres, parce que le coeur c'est important il parait et surtout parce que le Loop est capable de se connecter pour afficher en temps réel son rythme cardiaque pendant la course.

J'ai demandé et j'ai eu l'occasion de tester le H6 l'émetteur de fréquence cardiaque "de base" de la marque. Il s'agit d'une ceinture que l'on porte autours de la poitrine qui dispose de petites électrodes qui vont mesurer le rythme cardiaque et l'envoyer par la magie du bluetooth à votre smartphone ou au Loop au choix. Point intéressant, il ne coute que 60€ et fonctionne avec beaucoup d'app de "sport" dont l'app maison Polar Beat et même avec certaines machines dans les salles.

La seule opération particulière consiste à connecter le H6 à l'appareil en BT et d'aller courir.

C'est confortable, c'est simple à mettre, enlever, entretenir. Des milliers de gens utilisent le produit et il est au point.

Franchement. ma conclusion, de ce test : ça fonctionne super bien.

Polar H6 : émetteur de fréquence cardiaque [EcouteTonCoeur]

Mais en fait, LE truc c'est que moi j'ai pris les choses à l'envers. Parce que j'ai été courir et j'ai pu voir les belles courbes de mon coeur et voilà. Un peu comme tous les podomètres on se retrouve avec de la donnée et le sentiment de "et maintenant je fais quoi ?".

Et là, le piège se referme. L'idée germe que peut être qu'il y a autre chose derrière la consommation de données et que l'on peut en tirer profit. On commence à regarder ces histoires de VMA et de FCM et bien sûr comment tout ça va nous aider à progresser. Parce qu'au fond tous les coureurs aimeraient courir un peu plus vite et un peu plus loin 🙂

Pour l'instant ce que j'ai compris, c'est que :

1. L'idéal c'est d'organiser avec un toubib un test d'effort (surtout après 40 ans)

2. Il y a des zones dans lesquelles on fait plus de progrès que d'autres. Pour citer Runners.fr : Dans le cas de la 1ere allure d'endurance, le coureur évolue sur des zones comprises entre 55 et 60% de sa VMA – ou autour de 65% de sa fréquence cardiaque maximum (FCM).

3. C'est un peu compliqué mais il semble que cela soit une vraie clé pour avancer et progresser et du coup prendre du plaisir er enrichir l'expérience.

4. Pour se cultiver sur le sujet je vous invite à jeter un oeil à Runners.fr . Le site est très bien fait et on m'a dit que la communauté était vraiment super sympa.

Conclusion :

Courir c'est pas très intéressant à la base, mais avec l'aide de la technologie et en intellectualisant un peu la démarche y a moyen de se fixer des buts et des objectifs pour rendre ça ludique et efficace.

tl;dr : Pour quelqu'un qui cherche à s'améliorer il est plus malin d'acheter un H6 qu'un Fuelband 🙂

Objects connectés / iot / IHM : le recap

Objects connectés / iot / IHM : le recap

Notre environnement évolue, notre rapport aux machines, aux données, à internet évolue et il donc tout naturel que notre manière de communiquer et d'interagir avec évolue.

Les deux domaines que j'aborde souvent sont le bien être et le jeu vidéo mais il y a beaucoup d'autre sujet, notamment la partie domotique dont je vais parler un peu plus sur ce blog dans les semaines à venir.

Bien être connecté :

Bracelet Flex Fibit : le plus californien

Bracelet Loop de Polar : le meilleur rapport qualité/prix

Bracelet UP de Jawbone : le plus complet

Bracelet FuelBand de Nike : le plus cool

Podomètre Pulse de Withings : mon préféré.

Balance connecté de Teraillon : parce que ça compte

Helius par Proteus Digital Health : la pilule connectée

Bracelet Smartband SWR10 par Sony : le plus polyvalent

Vessyl : le verre qui analyse son contenu

Polar H6 : pour écouter son coeur

Montres connectées :

Pebble watch : pour les aventuriers

Sony Smartwatch : un pionier remis au gout du jour, uniquement pour Android.

Samsung Galaxy Gear : bof.

Jeux vidéos :

Oculus Rift : la réalité virtuelle pour tous

Tobii : tracking des yeux

Morpheus : réalité virtuelle par Sony

Omni : se déplacer dans un univers virtuel

PriorVR : motion gaming

Immersion : adapter la difficulté en fonction des émotions

MS MultiRoom : des images autours de la TV

SteelSeries Sentry : Tobii appliqué à la mesure de la performance.

Domotique :

Nest : le rachat par Google

Bose : multi-rooming

Keecker : ton R2D2 perso

AirBox Lab : qualité de l'air

Electric Object : un beau cadre photo connecté

IHM / Evolutions

là il s'agit plus de sujet abordé, à surveiller.

Google Android Wear : l'évolution de l'OS de Google pour le "wearable"

MYO : IHM complexe via une sorte de bracelet

Google Glass : mon test

Un film d'anticipation sur les lunettes connectés

Tango : créer rapidement une carte virtuel d'un endroit réel par Google

Predictable : interface dans la main

Syrmo : le skate connecté (kickstarter)

Pepper, le robot humanoide c'est pour d'aujourd'hui

Nike fuelband : mon humble avis [notatest]

Nike fuelband : mon humble avis [notatest]

Aujourd'hui je vais faire une entorse à mes habitudes je vais donner mon avis sur un produit que j'ai pas vraiment pu tester : le Nike Fuelband. La raison est que l'on me demande souvent mon avis, que j'ai pas mal d'utilisateurs autour de moi et que Nike n'a absolument aucune considération pour ce modeste blog qu'est Tapahont, du coup pour un test je peux toujours courir.

Le Fuelband est donc un des pionniers dans le monde du bracelet connecté avec Jawbone et Fitbit. Une nouvelle version, SE est arrivée en décembre qui apporte surtout la question BT 4 – low energy et qui a donc pour vertu d'apporter une meilleure synchro sans fils.

Le Fuelband SE a un design vraiment réussi, noir mat il est assez discret pour être élégant et l'affichage LED est vraiment réussi.

Pour moi il fait parti des objets désirables, quand on les voit on les veut.

Autre aspect malin, un port USB est intégré dans le bracelet ce qui permet de le recharger facilement. L'inconvénient c'est que beaucoup d'utilisateurs utilisent des rallonges car les ports USB ne sont pas toujours facile d'accès.

A noter que le bracelet n'est pas étanche, il pourra être utilisé sous la pluie mais pas à la piscine.

Côté soft, là encore, l'application est très réussie et jolie, elle donne vraiment envie, uniquement pour iOS cela dit en passant.

La très très bonne idée de Nike est d'avoir inventé les "Fuels" une unité de mesure de l'activité. Propriétaire, mystérieuse et surtout commune à tous les utilisateurs du produit.

Propriétaire, car seul Nike dispose de "la recette", du coup pour produire des fuels il faut des produits ou des apps Nike.

Mystérieuse, parce que seul Nike connait "la recette" et surtout elle introduit un rapport de confiance entre l'utilisateur et la marque. Entonnement, c'est plus pratique et plus lisible que le nombre de pas des podomètres classiques, distance ou calories, qui font références à des "vraies" valeurs que l'on ne maitrise pas vraiment mieux.

Commune, parce que la dernière vrai force du Nike FuelBand est sa communauté et la facilité avec laquelle on peut "affronter ses amis" et se lancer des défis.

Et là vous allez me dire : c'est donc ta reco ?

Bein pas vraiment.

Déjà, il faut savoir une chose importante : le Fuelband est exactement comme les autres bracelets connectés, il est dédié au bien être et à mesure l'activité mais ce n'est pas un bracelet de running ou de sport plus qu'un autre.

Par exemple si vous utilisez l'application de Nike pour le running, elle ne fonctionne pas avec le FuelBand, les deux ne se synchroniseront que sur le site web.

Dans les défauts identifiés

– le FuelBand SE est le plus cher des bracelets connectés

– il n'est pas compatible Android

– n'est pas étanche

– Pas d'altimètre (c'est un détail mais j'aime bien)

– Pas d'analyse du sommeil

– Un peu inutile pour les proprio d'iPhone 5S il existe une app fuel band qui fonctionne bien mais il faut avoir l'iPhone dans la poche.

Conclusion :

Le FuelBand est indéniablement un beau produit, Nike a bien bossé, reste que je comprend pas certaines limites comme l'app Android ou la non étanchéité du produit. Toutes les personnes autours de moi qui l'utilisent parce qu'ils ont d'autres amis qui l'utilisent, un sorte de cercle vertueux, plus chouette si on aime la compétition.

Si les limites indiqués plus haut et le prix ne vous font pas peur, c'est un bon produit, par contre, ne l'achetez pas en pensant qu'il est plus adapté au(x) sport(s()que les autres ça c'est uniquement leur communication qui fait bien le boulot.

Nike fuelband : mon humble avis [notatest]