BlackBerry Mobile Fusion : une nouvelle stratégie pour RIM [ATAWAD]

Le communiqué de presse est tombé à 8h00 GMT +1 ce matin, RIM annonce BlackBerry Mobile Fusion.

BlackBerry Mobile Fusion est une solution de gestion en ligne de parc de mobiles. Le système devrait permettre de gérer un parc important mais aussi de gérer les applications installées, de contrôler et d’organiser la consommation de données, de faire pleins de choses qui font rêver ceux qui gèrent des dizaines (centaines ? milliers ?) de mobile.

BlackBerry Mobile Fusion devrait permettre aussi de bloquer et récupérer les données d’un mobile volé ou perdu, d’utiliser un VPN…

Et là vous vous dites, mais ils le font pas déjà ? C’est là où BlackBerry Mobile Fusion est intéressant pour RIM, c’est que pour la première fois depuis longtemps RIM s’ouvre au Monde. Le dispositif devrait être dispo sur toutes les mobiles de la marque mais aussi sur iOS et Android. Le communiqué précise en plus mobile et tablette.

RIM est donc en train d’essayer de renforcer sa position sur le logiciel et l’architecture réseau là où son savoir faire est indiscutable et laisse les constructeurs tiers mettre un pied dans les flottes d’entreprises. En réalité ce n’est pas un cadeau de RIM, ni un aveux d’échec sur la fabrication de terminaux mais plutôt une manière d’accompagner ses clients actuels et peut être d’en conquérir d’autres en étant plus souple.

Il est connu qu’aujourd’hui en entreprise beaucoup de dirigeants veulent des iPhones/Androphones, les gestionnaires de parc sont coincés entre la volonté de leurs chefs, leurs problèmes de sécurité et bien sûr la structure actuelle des serveurs Blackberry.

Je pense aussi que BlackBerry Mobile Fusion pourrait être un bon moyen pour RIM de temporiser et ainsi de pouvoir prendre un peu plus de temps pour revoir sa gamme de mobile. Les derniers Blackberry sont de bons appareils (mon test du dernier Bold) mais il est palpable que la nécessité de sortir ces produits a pris le pas sur le degré d’exigence de la marque. Si la marque se reconcentre pendant quelques temps sur quelques mobiles efficaces, pratiques et pas trop cher, cela peut lui laisser le temps de revenir avec des smartphones haut de gamme de haut niveau.

Cette annonce montre que le géant de Waterloo est capable de s’adapter au marché et NOUS avons besoin qu’il y est des acteurs compétitifs pour que le mobile reste un domaine d’innovation.

Maintenant reste à voir, en vrai ce que ça donne, parce qu’une bonne idée n’est jamais suffisante.

Le site : http://us.blackberry.com/business/software/mobilefusion/

Blackberry annonce BBX et Google Ice Cream Sandwich [mobileOSwar]

Les smartphones et les tablettes sont au centre de toutes les attentions, certainement un des milieux les plus hostiles depuis 2 ans. Apple domine, Google, Samsung et Blackberry luttent quand Hp/Palm, Nokia et Intel baissent petit à petit les bras.

Hier, deux des outsiders de iOS ont donc affiché leurs ambitions.

Google d’abord a officiellement annoncé Ice Cream Sandwich, la version 4.0 d’Android pour smartphone qui apporte son lot d’optimisation et de features sympathiques comme la très gadget fonction qui dévérouille l’appareil en se basant sur la reconnaissance faciale. Vous trouverez le changelog rédigé par Romain sur Accessoweb

Chose étonnante, il semble que Google souhaite faire évoluer son OS smartphone et tablette en parallèle alors qu’Apple lui synchronise iOS. Il est clair que Google ne bénéficie pas de l’homogénéité du parc et du contrôle sur le hardware mais je me demande si cela ne risque pas de perdre l’utilisateur final.

De l’autre côté du ring, c’est RIM qui animait le Blackberry DevCon Americas et une annonce a été faite, l’arrivée prochaine sur toute la gamme de BBX. RIM a construit son succès sur 2 cibles, la première les pros, secteur sur lequel il est attaqué mais toujours un peu en avance et sur les jeunes grâce à BBM sa messagerie instantanée. Le problème pour le canadien c’est que ces deux publics demandent des applications et un peu plus de fun. RIM a lancé plusieurs version de Blackberry OS sur smartphone et un OS dédié, QNX, sur sa tablette la Playbook. Le problème est que les apps ne sont pas compatibles et c’est un travail difficile pour les développeurs. BBX la nouvelle version devrait mettre tout le monde d’accord. Cet OS devrait permettre de tout faire fonctionner sur tablettes et smartphones et ainsi offrir une expérience proche de que l’on trouve ailleurs. Pas d’annonce sur la date de mise à disposition mais le temps presse et RIM le sait. D’un autre côté la version 2.0 de QNX a été dévoilé et est accessible aux devs, elle apporte un design améliorer et a priori une compatibilité avec certains App Android.

La guerre des l’OS mobile est vraiment déclaré, faire évoluer les utilisateurs dans SON environnement est a priori un bon moyen de les fidéliser et de les garder. La concurrence de iOS est rude mais la position de leader est souvent la plus dure à conserver.

Je ne peux parler d’OS et de mobilité sans évoquer Windows8 qui pourrait mettre un grand coup de pied dans la fourmilière si il tient ses promesses et avec 90% des ordinateurs dans le monde sous Windows, il est facile de penser que Microsoft est bien armé pour expliquer que c’est le même OS dans ton ordi, ta télé, ta tablette et ton smartphone.

On a pas fini d’en parler 😀

Photos : l’incontournable engadget

BlackBerry Torch : la nouvelle référence de RIM [test]

Cela fait donc 1 mois que j’utilise la nouvelle machine de RIM, prêtée par mes copains de Orange Business Service, je me dois donc de vous proposer un petit débrief.

Le Blackberry Torch est un slider offrant l’accès à un clavier complet proche de celui du Bold, à cela s’ajoute un écran tactile et un petit trackpad. Niveau design, le Torch est sobre et donne une sensation de robustesse, du coup il perd un peu de charme une fois en main, peut être quelques grammes en trop. Côté connectique, un bon point pour RIM qui ne propose que des prises standard.

Avant de parler de l’usage, un bon point aussi pour le logiciel de synchro des données qui est efficace et plus léger que iTunes. J’aurai aimé un système OTA comme chez Palm qui offre un grand confort, mais ça viendra peut être plus tard.

L’appareil est donc doté de BB OS 6 qui marque un évolution de l’interface vers une utilisation plus sympathique et plus souple que dans les versions antérieures. Certes on est bien sur le bureau mobile de RIM mais tout est plus clair, plus facile d’accès, le nouvel utilisateur n’aura plus d’anxiété à ouvrir un menu.

Une des fiertés de RIM sur ce Torch est l’intégration des réseaux sociaux. Il est en effet possible de suivre au sein d’une application tout ce qui se passe sur son compte Twitter et Facebook avec une vraie sensation de « push » des information, vous ne raterez plus un poke de votre vie 😀 . Beaucoup plus sympa à mon avis, l’intégration des messageries instantanées (Gtalk, AIM, BBM) est très bien réalisée et j’ai jamais croisé un mobile qui offre une aussi bonne expérience d’IM.

Le Blackberry Store est à l’image de tous les concurrents d’Apple, il dispose de toutes les applications phares, d’une grande proportions d’applis payantes mais l’offre n’est pas pléthorique. Cela dit, je pense que 90% des « besoins » sont couverts malgré tout.

RIM fait 2 choses très bien : un téléphone pour téléphoner et une messagerie nomade. Le partie téléphone que l’on oublie parfois quand on cause smartphone est vraiment à la hauteur, le mobile offre une qualité sonore indiscutable. Côté mail, avec un forfait adapté, le pushmail est un régal, oubliez les promesses de gmail avec l’iPhone, on joue pas dans la même catégorie. Orange Business Service a d’ailleurs un forfait « promos » pour le lancement du Torch

Je regrette par contre une certaine mollesse dans la gestion de l’iMap et un mail lu en ligne ou sur le mobile n’est pas toujours marqué comme tel sur les autres accès.

Côté navigation sur le web, le navigateur basé sur webkit fait un bon travail, on est pas encore à ressentir du plaisir à faire du web en mobilité mais l’évolution est importante, le navigateur n’a plus du tout un frein à la consommation de data et en l’absence de référence il remplit son office.

Au quotidien, l’appareil fait incontestablement le boulot, certes l’écran tactile est encore perfectible et laisse encore de l’avance à la concurrence, certes le mobile est un peu lourd et son store est encore léger, mais la batterie a une vraie durée de vie, les mails version BB sont un régal, le multi-tâches est beaucoup plus agréable et performant que sur iPhone et la qualité audio au téléphone est nickel.

Si vous êtes un utilisateur Blackberry vous pouvez foncer, si vous cherchez un smartphone solide vous serez pas déçu, si vous êtes un utilisateur d’iPhone, là par contre l’écran peut vous donner une impression désagréable.

Un bon smartphone et c’est sûr, le meilleur Blackberry.

Blackberry lance aussi sa tablette tactile [pushTouch]

La nouvelle est tombée cette nuit et même si tout le monde le savait, c’est une sacré nouvelle que celle de l’arrivée de RIM dans le secteur des tablettes tactiles avec comme nom de guerre : Blackberry Playbook

Côté hardware :

Les caractéristiques complètes du BlackBerry PlayBook :

écran 7 pouces LCD, 1024 x 600, WSVGA, capacitif et tactile multi-points BlackBerry Tablet OS multitâche processeur 1 GHz dual-core 1 GB RAM deux cameras HD (faciale 3 MP, au dos, 5 MP), supporte l’enregistrement vidéo 1080p HD lecture vidéo : 1080p HD Video, H.264, MPEG, DivX, WMV lecture audio : MP3, AAC, WMA sortie vidéo HDMI Wi-Fi – 802.11 a/b/g/n Bluetooth 2.1 + EDR connections : microHDMI, microUSB, charging contacts navigateeur WebKit/HTML-5, Adobe Flash Player 10.1, Adobe Mobile AIR, Adobe Reader, POSIX, OpenGL, Java dimensions : 130mm x 193mm x 10mm) poids : 400g

On notera les capacités multimédia réelle de l’engin, son ouverture sur le web avec une amitié non dissimulée pour Adobe. Seul point étonnant, c’est que la tablette n’aura pas dans un 1er temps de version 3G, RIM annonce qu’il faudra utiliser le modem de son mobile (blackberry) pour se connecter.

De mon côté, je reste encore une fois dubitatif sur le choix de l’écran 7″ qui devient une sorte de norme mais qui me semble trop « entre deux » entre le smartphone et les 9″ de l’iPad.

Le software est un OS tout neuf, fruit d’une acquisition récente de RIM qui semble laisser pour l’instant la communauté des développeurs de la plateforme un peu dubitatif… Sur ce point nous ne pouvons, nous simples consommateurs, qu’attendre pour voir. Sinon le multi-tâches est bien sûr de la partie et j’imagine que l’aspect « sécurité » qui fait la force de RIM sera conservé.

D’un point de vue stratégique, il était indispensable pour RIM de venir sur le marché pour éviter qu’Apple cannibalise encore plus ces parts de marché chez les pros. Je pense d’ailleurs que le fait que l’iPhone ne puisse servir de modem pour l’iPad devient désormais un vrai handicap sur ce marché.

Dispo fin d’année aux USA, courant 2011 pour le reste du monde, j’ai hâte de voir le bébé en vrai.