Sony Xperia Tablet S : une belle tablette by Sony [Test]

Je viens de passer 3 jours à utiliser la nouvelle tablette de Sony la Xperia S et franchement je suis emballé.

Si le contenu de la boite est simple, la tablette et son chargeur/cable USB au déballage la Xperia m’a tapé dans l’oeil. Certes c’est un rectangle noir avec un petit Sony en haut à gauche mais les designers du Japonais ont réussi à lui donner une originalité. Ils ont repris l’ancien design mais l’on rendu plus subtil. Une fois en main, on apprécie le changement de matériaux par rapport à l’ancienne version, ici pas de plastique mais de l’alu, franchement c’est a priori pas grand chose mais ça donne au produit un aspect plus soigné.

Côté hardware, Sony propose un config haut de gamme, un écran 9,8 pouces d’une résolution de 1280×800, un Tegra 3 à 1,3 Ghz, 1 Go de RAM, 3 tailles de mémoire (16, 32, 64), un port SD, une webcam 1 mpx en façade et un APN de 8 mpx, BT 3, et 802.11n.

Au démarrage la première bonne surprise est la qualité de l’écran, rien à dire, l’écran LED est lumineux et propose une jolie définition. L’OS embarqué est un Android ICS 4.0.3 en attendant une montée de version en début d’année prochaine. Cette version d’Android est vraiment celle de la maturité :-). Elle est élégante et performante et je me surprends à écrire ça mais je suis en train de prendre un vrai plaisir à utiliser Android. Je trouve que la page d’accueil c’est quand même plus sympa que de tomber sur la liste des applications… (c’est pas nouveau ça sur Android)

La puissance de la tablette permet à ICS de tourner à fond sans aucun problème, il est possible de profiter de l’avant dernier OS de Google sans se sentir limité.

Sony a ajouté quelques petits détails maisons, éléments désormais incontournables pour essayer de faire la différence entre 2 tablettes Android. On retrouve d’abord l’application télécommande universelle qui était déjà une bonne idée de la tablette précédente de Sony. La Xperia S dispose d’un port infrarouge, elle peut donc remplacer toutes les télécommandes de la maison. Le logiciel connait presque tout ce qui existe en terme de télécommandes et pas seulement du matériel Sony. C’est une feature sympa pour un objet qui risque d’être utilisé bien installé dans son canapé.

On retrouve aussi les services lancés l’année dernière, Music Unlimited et VideoUnlimited et PlayMemories les services de Cloud de Sony pour la musique, la vidéo et les photos. Sony propose aussi ses player audio, photo,vidéos et lecteur d’ebook. Objectivement ces services sont appréciables sans être des killer features.

Dernière modification made in Sony, le mode invité. Grace à cette fonction il est possible de limiter l’usage de la tablette aux applications que vous voulez. C’est très simple à mettre en oeuvre et en quelques secondes vous pouvez avoir un compte pour un enfant avec un accès uniquement aux jeux et surtout pas au Store, un accès au navigateur mais pas à Gmail ni aux paramètres pour les potes qui passent… Seul limite, on est pas ici en présence de session, une fenêtre ouverte dans le navigateur qui n’aura pas été fermé sera accessible après un changement de « compte ». Idem pour les notifications, pas moyen de les désactiver. Franchement, ce mode invité est une vraie bonne idée mais du coup dans mon cas, j’aimerai qu’il permette encore plus de chose. A savoir si Android est capable de me le donner.

Enfin côté autonomie, je n’ai pas eu à me plaindre. J’ai vraiment beaucoup sollicité la machine ce week end et la charge a bien tenu. Sony annonce « jusqu’à 12h » je vais pas faire des tests en labo. Je peux juste dire que j’ai pas eu de souci sur ce sujet.

Du côté des critiques, j’en ai surtout une, le connecteur. Pour charger sa Xperia, il faut un cable maison avec une prise maison qui n’est pas la même que la PSVita, ni que la précédente Tablette de la marque. Ce connecteur via l’achat (15€) d’adapteurs permet de faire passer du hdmi ou l’uSB host. Mais c’est en option. On déteste tous les cables et les adaptateurs et là il en faudrait presque 2 sachant qu’il existe maintenant du micro-usb et du micro-hdmi.

Conclusion : J’aime beaucoup cette tablette. La combinaison entre du matériel de qualité et une finition à la hauteur avec une version d’Android qui n’a plus à rougir face à iOS donne un mélange gagnant. Alors certes y a cette petite histoire de connecteur mais qui ne vient pas entacher la qualité globale du produit. A 399€ le modèle wifi/16Go (extensible sur carte SD) la Xperia Tablet S est un bon produit.

Le site : http://www.sony.fr/product/xperia-tablet-s/tab/overview

Fusion Garage : The Grid, nouvel OS mobile et nouveaux produits [TouchDifferent]

EDIT JANVIER 2012 : je vous invite à ne pas acheter de matériel chez Fusion Garage en ce moment, en effet des doutes planent sur la capacité à l’entreprise à fournir les produits.

Fusion Garage est une entreprise californienne dont j’avais eu l’occasion de parler il y a environ 1 an, pionnier dans le domaine de la tablette tactile, les voilà de retour avec un OS maison et 2 appareils bientôt disponibles.

Le nouvel OS du nom de Grid est bien un OS maison mais il a pour particularité d’être une variation d’Android. Pour faire simple (et comme on me l’a expliqué) il s’agirait de la même démarche qu’Apple avait fait pour construire MacOS à partir de Unix. Dans l’utilisation de TheGrid on retrouve d’ailleurs une chose inspirée de MacOS, le soin très particulier à rendre les choses anodines en jolies choses. Par exemple, le passage d’une app à l’OS ou le passage d’une app à l’autre s’accompagne toujours d’un effet bien choisi et très agréable (et fluide aussi).

GridOS offre une compatibilité avec l’AndroidStore d’Amazon, ce qui il y a 8 jours était un inconvenient devrait s’avérer une bonne chose, car avec le lancement de la Fire on devrait continuer à voir beaucoup d’app android disponible. A noter que ce choix peut être ennuyeux pour le geek mais a pour but de rassurer le grand public qui commence à avoir peur de l’offre presque incontrôlée de l’andoird market. Oui, c’est une appl(e)isation…

GridOS a la particularité d’offrir « un espace de travail » les Apps ne sont plus rangées par page mais sur une sorte de carte dans laquelle on peut naviguer soit en faisant glisser ses doigts soit en utilisant la mini-carte. Etonnant de prime abord, agréable à première vue, il faudrait vivre avec quelques jours pour savoir si c’est une vraie alternative. Une chose est sûre, l’expérience utilisateur est différence et ça c’est très agréable dans un univers qui temps à se standardiser.

GridOS permet de stacker, d’organiser ses apps et offre aussi des fonctions de recherche avancées avec des deals conclus avec Microsoft et Amazon. Ainsi il est possible d’obtenir des informations sur tous les contenus médias et bien sûr d’acheter tout ce que l’on veut en 1 clic. Ici on retrouve un peu ce qu’Amazon a annoncé la semaine dernière, une tablette résolument tournée vers les contenus.

Bien sûr GridOS est pensé « social media » et il est possible d’utiliser Twitter et Facebook dans les apps pour partager tous types de contenus.

Enfin, un effort a été fait sur le lecteur vidéo au design vraiment sympa et d’après les infos que j’ai eu, devrait lire un très grand nombre de formats. A cela s’ajouter aussi un système de bookmark intelligent, il sera possible de commencer la lecture d’une vidéo sur la tablette et reprendre là où on s’est arrêté sur le mobile ou sur un ordinateur équipé du soft maison (Win&MacOS).

Pour accompagner GridOS, 2 devices.

Le premier est une tablette tactile la Grid10, 10,1 pouces, Tegra2 1Ghz, 689 grammes, résolution 1366 x 768 Pixels, GPS, webcam, 16Go de stockage, port SD et USB, dispo en version wifi ou wifi+3G. La bonne nouvelle c’est que les 2 modèles sont dispo à la pré-commande et le modèle wifi est au prix de 299€ TTC Fdp gratuit (oui par $ je bien mis en €), la version avec la 3G est à 399€.

J’ai pas pu jouer très longtemps avec la Grid10 mais je pense qu’à son prix, elle est très bien placée en rapport qualité/prix. Un grand écran de bonne qualité, le Tegra2 qui fait du bon boulot, les apps de bases qui comblent 80% des usages, l’Amazon Android market qui devrait rassurer les plus inquiet. Un très beau produit avec une IHM qui change, qui est réactive et jolie.

L’autre appareil est le Grid4, un smartphone qui embarque GridOS, j’ai pu le voir fonctionner mais c’est encore un modèle « beta » et les discussions avec les opérateurs sont en cours. Ce que je peux dire c’est que le design est très agréable et que GridOS tournait à merveille dessus. Je vous en reparlerai si j’ai l’occasion de mettre mes gros doigts dessus.

Pour conclure, je dirai que j’ai encore été agréablement surpris par Fusion Garage, GridOS offre une nouvelle expérience visuelle et ergonomique. Le hardware de la Grid10 est dans la norme et propose un tarif très attractif. Un joli produit qui change dans un domaine où seul le prix semble être un facteur différenciant.

Amazon Kindle Fire, Kindle Touch et Kindle : plan marketing ou bon plan ? [TouchWorldWar]

Ha ha vous pensiez peut être échapper à un billet sur les Kindles, bein non 🙂 En même temps Amazon a quand réussi un joli coup marketing.

Amazon a donc présenté à la presse américaine mercredi soir sa nouvelle gamme de Kindle et on peut dire que le monde de la hightech a vécu un soubresaut amusant. Pour ceux qui ont raté l’épisode Amazon a annoncé 4 produits :

Le Kindle Fire, une tablette tactile d’environ 7″ sous Android 2.3, avec une grosse couche de l’OS maison, un dual core 1 Ghz de chez TI, 8Go de stockage, lecteur SD, port USB, WiFi, 413 grammes et le tout pour le prix de 199$ – USA ONLY pour l’instant et dispo en novembre.

Le Kindle Touch et le Kindle Touch 3G : Successeurs du Kindle actuel ce Kindle se caractérise par le fait que le clavier a disparu et que toute l’interface a été optimisé pour fonctionner avec des gros doigts boudinés. L’engin fait 8″, propose 4Go de stockage et pèse 220 grammes. Le Touch coute 99$ (avec la pub)/139$ sans et le Touch 3G 149$ avec pub, 189$ sans. Là encore c’est US only et dispo en novembre.

Le Kindle : Ce modèle d’entrée de gamme vendu 79$ avec de la pub et 109$ sans fait 5.8″ et dispose de 2Go de stockage pour un poids de 170 grammes et est Wifi. Dispo pour nous aussi mais uniquement le modèle sans pub soit +/- 120€.

La première chose qui frappe en lisant ces annonces est l’agressivité du géant du e-commerce en terme de prix, on image facilement que les marges sont réduites et que l’ambition est de faire de cette gamme un succès populaire. Pour le Fire c’est une aggression directe à l’iPad, produit coutant le double et un brin élitiste. La Fire à 199$ a le gout de la tablette pour tous. Petit(s) bémol(s) pour les geeks la tablette est dans une ancienne version d’Android, 100% contrôlé par Amazon (Apple’s style), ne possède pas de webcam et offre quand un hardware assez basique. Cela étant, elle est taillé pour être un outil de consommation de contenus, audios, vidéos, livres, mags. Il faut voir qu’aux US, Amazon a signé des partenariats avec tout le monde et dans tous les sens, les futurs propriétaires de Fire auront de quoi dépenser leurs dollars sans problème. C’est une très grosse qualité de la Fire mais pas vraiment valable dans notre pays.

Le gros coup d’Amazon est d’obliger tous ceux qui veulent survivre dans le monde des tablettes de très vite descendre son prix en dessous de la barre des 300$, au delà point de salut, sauf peut être pour Apple qui avec ses 22 millions d’iPad en circulation, une communication qui fonctionne devrait pouvoir défendre sa place.

Sur les lecteurs de e-book, là encore c’est le prix qui est central, ENFIN, une offre qui devrait permettre de démocratiser la lecture électronique, pour la France il faut prendre les prix sans pub, l’offre n’est pas dispo en dehors des US. Mais le signe est fort, toute la concurrence va devoir suivre et offrir des produits entrée de gamme à des prix agressifs pour espérer voir Noël 2012.

Amazon a fait un chose incroyable en 2H, l’entreprise a lancé pour de vrai les marchés de la tablette tactile et du lecteur de livre électronique dans le monde du grand public. Cela va obligatoire faire bouger les lignes et démocratiser ces jouets encore entre 500€ et 700€ il y a 3 mois.

Maintenant j’attends avec impatience de voir la concurrence réagir et la France suivre le mouvement, parce que j’ai très très très envie d’un lecteur de e-book.

LG Optimus Pad : Honeycomb, Tegra et vidéo 3D [Test]

LG avait invité hier la presse et les bloggueurs pour leur présenter leur lineup, occasion pour moi de mettre les mains sur la tablette tactile du constructeur, la LG Optimus Pad.

Côté hardware, la machine est dans la moyenne haute avec un processeur Tegra 2 (double coeur 1Ghz), 32 Go de stockage, un écran LCD IPS capacitif 8.9 pouces 1280 x 768 pixels, APN en façade mais aussi 2 capteurs au dos,connectivité HSDPA: 10.2 Mbps, HSUPA: 2 Mbps, Wi-Fi n, Bluetooth 2.1, DLNA tout ça pour 630 grammes. La tablette est animée par un Android 3.0 Honeycomb.

J’ai pu jouer une dizaine de minutes avec l’engin, pas assez pour un vrai test mais suffisamment pour avoir quelques premières impressions. Première remarque lors de la prise en main, la tablette a un format 15/10ème, un format « cinema » plutôt confortable mais étonnant au premier regard. Deuxième point qui surprend, c’est la disparition du bouton « home » désormais sous Honeycomb ce sont des petites flêches en bas à droite de l’écran qui remplacent les boutons physique. Je suis pas forcément convaincu de l’avancée en terme d’ergonomique mais là est toute la limite de ces courtes rencontres, impossible à aujourd’hui d’être sûr de l’effet au quotidien.

A l’utilisation, rien de particulier à signaler, le Tegra2 donc j’ai parlé pour l’Atrix fait un boulot remarquable que cela soit pour la navigation que pour afficher des graphisme 3D honorables. Je ne m’étendrai pas sur honeycomb mais je trouve que globalement le boulot de Google sur l’amélioration de son OS est vraiment convainquant. Pour avoir sauté d’une application à l’autre et tenter un stresstest à l’arrach’, pas de mauvaise surprise.

La tablette est doté d’un port mini HDMI qui permet d’afficher un mode clone sur un écran, la démo faite sur place montrait une des vraies originalités du LG Optimus Pad : la 3D. LG a muni sa tablette de 2 capteurs photos de 5Mpx qui permettent de réaliser des vidéos 3D de qualité correcte au format 3D agp et d’en profiter ensuite un téléviseur 3D. Donc pour être clair pas de 3D « relief » sur la tablette mais la possibilité de créer du contenu et un player compatible. Plutôt sympa, même si je pense que le Tegra2 aura quand même du mal à afficher un fichier de vacances 1080i en 3D sur le LED du salon. Certes, ce n’est pas sa fonction mais bon.

Seul petite égratignure, pas de port USB ni de slot SD card, la mémoire interne est donc « bloquée » au très honorable 32GO.

La tablette sera dispo dans le mois pour 599€ hors subventions éventuelles des opérateurs.

Pour conclure, je dirai qu’encore une fois le produit est convainquant, le design, l’écran, les perfs, l’OS sont tout à fait dans la tendance actuelle. Je ne pense pas que cette tablette procurera de déplaisir à ses acquéreurs. Mais encore une fois aussi, la question se pose de la différenciation des modèles. Comment le consommateur lambda va t il pour faire la différence et faire son choix et le risque n’est il pas qu’au final il se tourne vers ce qui déjà la valeur sûre ? Reste pour finir la question du prix, 599€ reste compétitif, mais encore un peu cher pour l’usage que l’on peut imaginer avoir d’un tel appareil.

La guerre des tablettes ne fait que commencer 😉

HP Touchpad :WebOS en 10″ [RIPalm] [test] [ShortVideo]

Une pensée pour Palm qui désormais ne vivra plus dans nos devices que par ses brevets.

HP est fier de vous annoncer le lancement en France de sa tablette tactile 9,7″ la HP Touchpad. Au menu un écran multi-point 1024×768, un Qualcomm Snapdragon dual-CPU APQ8060 1.2GHz, 16 ou 32Go, des Haut-Parleurs internes stéréo et technologie Beats Audio™ et un poids de « approximativement » 740g. Les prix pour les 16Go 479€ et pour 32Go 579€ et tout ça TTC bien sûr.

La semaine dernière j’ai donc pu tester pendant quelques minutes l’engin et voir si pour ça 1er tentative dans l’univers de la tablette HP avait fait le boulot. Au niveau hardware comme vous avez pu le lire au dessus, on est dans la norme « haute », avec un processeur dual core qui fait du bon boulot en vidéo comme en 3D avec des performance énergétique très correcte. Au niveau du design, bein c’est un rectangle noir avec une surface vitrée. Cela va être dur de faire des exploits côté design sur ce segment qui plus qu’un autre à besoin de points de differentiation. Par contre gros bémol sur le poids de l’engin.

Côté software, c’est bien sûr l’excellent WebOS anime la machine. WebOS est vraiment une réussite technique et ergonomique dommage que son taux d’adoption soit aussi faible et vivement que HP l’ouvre à d’autres constructeurs. Donc WebOS est capable de faire tout pareil que les autres même de lire du Flash. Après on retrouve ce que l’on a déjà pu voir sur les Palm Pré, une gestion du multitâches parfaite eet vraiment pratique, un navigateur qui fait le boulot.

Voici une courte vidéo du multitâches et de la réactivité de la bête :

Autre surprise agréable que j’avais jamais repéré ailleurs, 4 tailles de clavier sont disponibles :

Enfin, petite chips du constructeur avec un clin d’oeil à AngryBirds pour fermer une application :

Cette tablette est donc un engin très honorable, elle fait le travail qu’on lui demande pour un prix dans la moyenne. J’avoue avoir été un peu déçu par le poids mais techniquement elle devrait tenir le coup un petit moment. WebOS est vraiment un très bon produit reste à voir si HP arrive vraiment à convaincre dans un marché très très concurrentiel et dominé par la firme de Cupertino.