Note de service [thème]

Hello,

Petite note de service par rapport au changement de design du blog, la raison n’est ni pratique ni design mais pragmatique, il semblerait (je suis pas sûr à 100%) que le thème que j’utilisais, BLDR de ModernTheme soit en réalité une grosse passoire. (bien que tout soit à jour tout le temps).
Pour être sûr je l’ai désactivé et effacé.

Du coup en attendant de m’occuper du sujet, j’ai mis le nouveau thème de base de WordPress avec une image trouvée rapido sur Unsplash parce que bien sûr j’ai pas d’image sous le coupe en 2000px X 1200px… avec une belle image de mon bureau. Bref, c’est juste relou.

Pour info, en quelques semaines, via le thème des petits pirates ont pu installés un petit code pour faire miner de la cryptomonnaie et des redirections de grands malins. Rien de grave mais c’est chiant.

Sujet à suivre. 🙁

Wonder Boy : The Dragon’s Trap [neoRetroCool]

J’ai acheté la switch avant l’été avec Zelda. Comme beaucoup. Par contre, j’ai pas énormément de temps pour jouer du coup il m’aura fallu 4 mois pour vaincre Ganon. Le jeu est fantastique mais je ne suis pas là pour écrire sur Zelda.

Une fois l’aventure terminé j’ai regardé le catalogue Switch et là, j’ai re-croisé la route de Wonder Boy. Alors j’avoue que j’avais pas mal entendu parler du jeu car l’équipe derrière est française et elle a bénéficié d’une bonne couverture médiatique chez nous.
Ensuite, j’ai eu une NES et une SuperNes et du coup je connaissais WonderBoy uniquement de nom.

Il n’en fallait pas plus faire chauffer (calmement) la CB, (c’est 19,90€).

Déjà 1ère chose, WonderBoy est un plateformer ce qui était exactement ce dont j’avais envie après des dizaines d’heures dans Zelda.
Je lance le jeu avec un peu d’inquiétude, il s’agit quand même de la reprise d’un jeu de 1989 dont l’une des promesses est d’avoir conservé le gameplay et on sait tous à quel point les jeux de l’époque étaient sans pitié.

Le jeu débute en douceur par une intro jouable et puis les choses deviennent un peu moins claire une fois arrivée au village qui sert de zone de départ pour accéder aux différents mondes. Bien sûr, ils ne sont pas accessibles dès le départ, il faudra débloquer des transformations pour pouvoir les visiter. The Dragon’s Trap est clairement un jeu de plateforme, il faut sauter avec précision et esquiver, mais il faut aussi se servir de son épée et de son bouclier pour se défaire des ennemis. Franchement, en jouant on comprends pourquoi il a marqué les esprits, le jeu est vraiment très agréable de prise en main. Je dois avouer que même une fois terminé, on peut facilement avoir envie d’y retourner, juste pour le plaisir.

Dans The Dragon’s Trap il faut aussi récolter de l’argent pour pouvoir s’acheter des équipements plus puissant ou qui protègent de certains types de dégâts, c’est assez cool parce que ça pousse à chercher aussi les boutiques avec le cochon pour débloquer tous les équipements.

Enfin sur la partie constat, il est impossible de ne pas parler des graphismes. En plus d’adaptations subtiles du gameplay, c’est la partie visuelle qui a fait une partie du succès de cette version 2017. En effet, l’équipe de LizardCube a créé un nouveau style au jeu et c’est vraiment très réussi. Je dirai que le plus étonnant c’est que c’est bien en vidéo mais c’est vraiment très très beau et agréable en temps réel, quand on joue. J’étais pas ultra fan au départ mais au bout de 2 mins de jeu j’étais convaincu. Détail sympa, en 1 clic il est possible de basculer sur les graphismes et les musiques de 1989 (Dur!).

Du coup, tout ça pour en venir à une conclusion rapide 🙂

Est ce que je vous recommande le jeu ? OUI, sans hésiter mais avec des précautions. Vous devez y jouer parce que c’est vraiment bien et parce que c’est un vrai moment de l’histoire du jeu vidéo qui a été adapté (avec talent). Il m’a fallu 6/7h en difficulté normale pour le finir mais j’ai bataillé bêtement sur le dernier boss.
Dans les bémols, on peut citer la première 1/2h de jeu qui est nécessaire pour se mettre dans le bain et parfois l’absence d’indications qui donnent l’impression de tourner en rond. Mais c’est bien léger par rapport au plaisir que donne le jeu une fois dedans.
J’avoue que j’ai régulièrement envie de m’y replonger, peut être en montant la difficulté un de ces jours 🙂
Allez y ! Dispo sur toutes les plateformes. http://www.thedragonstrap.com/

Des taxis volants en 2020 ? [UbAir]

Cela n’a pas fait le buzz plus que ça mais la semaine dernière la NASA et UBER ont signé un petit deal histoire de lancer dès 2020 à Los Angeles, Dubai et Dallas les premiers taxis volants autonomes.

Pour les currieux, ils ont signé le Space Act Agreement lisible ici

Rien que ça.

Côté info, Uber a réalisé un joli site web https://www.uber.com/info/elevate avec toutes les infos, white paper et bien sûr de bien jolis vidéos.

Plus d’infos sur les voitures volantes chez TheVerge

Un petit gout de 5ème Elément, non ?

EVO-LSC : quand j’ai enfin acheté un skate électrique [Test & Avis] [Code Promo]

Il y a 1 mois j’ai reçu mon EVO-LSC.
ça été un jour de fête, franchement ça fait bien 3 ans que je rêve de m’offrir un skate électrique.

J’avais jamais craqué pour une raison simple : le prix.

Aujourd’hui, toute l’offre « haut de gamme » est comprise entre 1000€ et 1500€ bien au delà de mon budget cadeau-perso-pour-le-kiff (raison pour laquelle j’ai pas de iPhone X par exemple).

Du coup, comme vous, quand j’ai envie d’un truc je passe du temps à regarder les marques qui font envies. Parmi ces marques, Evo Spirit un acteur français du sujet qui fabrique des skates motorisés depuis 2008 ! Et oui ! Y a pas que les californiens dans la vie.

Si au départ, les modèles étaient plutôt tout terrain, cette année, ils ont sortis 3 modèles urbains, le 1er en carbone (cool mais pas dans mes prix), un short board et un long board.
J’ai hésité un peu entre ces 2 derniers modèles puis j’ai fini pas me décider et j’ai passé commande pour le LSC, soit le Long Board, qui coute 350€ TTC 😀

A noter que l’idée pour moi était d’avoir un moyen de me déplacer en ville, de kiffer faire du skate et ne pas transpirer dans mes chemises parce que mon boulot consiste à rencontrer des clients tous les jours.

Du côté de son physique, un moteur 350W, 8 km d’autonomie, 102cm et 5,5kg. Avec ses roues de 90mm autant vous dire que c’est une belle bête quand même.
Les roues et logo rouge, la planche en bambou en font un bel objet. (fiche là)

Bien sûr le skate arrive avec une télécommande sans fil plutôt pratique alimentée par des piles. Seul petit piège, anecdotique, sur la tranche gauche il y a marche avant/arrière et sur la droite ON/OFF et comme je suis gaucher régulièrement je pousse le bouton en marche arrière et je passe pas loin de la chute 🙂

La batterie est sous le plateau et le moteur caché dans la roue, cela se recharge en 1h30.

Question sensation, le skate électrique c’est FANTASTIQUE. C’est le plaisir de rouler sans pousser, un peu comme du snowboard en fait, de la glisse à la cool.

La prise en main si vous êtes déjà monté sur un skate est d’environ 45 secondes. Il y a en plus 2 types de vitesse pour débuter tranquille.

Par contre, attention, une planche comme celle là, surtout si comme moi vous êtes un peu lourd (85kg) est plus à considérer comme une planche à assistance électrique. Il faut lui donner un coup de main pour démarrer et dès qu’il commence à y avoir des dénivelés. C’est ce qu’une planche à 1000€ fera, pour rappel, on est à 350€ là.

Du coup, au départ j’ai été un peu déçu par la puissance, j’ai eu l’impression d’atteindre vite la limite mais dans les faits, les performances sont plutôt cools. Je vais assez vite pour me déplacer sans me mettre en danger, en ville c’est souvent suffisant avec les gens/voitures/scoot/vélos…
Je me fais aussi des bons kiffs balades avec les enfants qui eux poussent sur leurs trottinettes pendant que j’appuie sur la télécommande.

Je sais pas si je l’ai déjà écris mais le skate électrique c’est fantastique 😀

Très gros avantage/découverte de la planche : le frein. En effet, il est possible de descendre des pentes et de ralentir grâce au moteur, j’avoue que c’est très rassurant de pouvoir contrôler sa descente, un peu comme en snowboard.

Du coup, en terme de bilan/conclusion je dirai plusieurs choses :
– Le skate électrique c’est vraiment cool
– La puissance de 350w c’est un peu juste en ballade, j’avoue que je suis un peu frustré sur ce point
– Le frein c’est top 🙂
– 6 kg la board c’est un peu le MAX parce qu’après à transporter

Est ce que je conseille le EVO-LSC : Un grand OUI, idéal pour débuter sur le sujet, tester ce modèle de déplacement, kiffer un ride tranquille, dépenser un montant VRAIMENT raisonnable.
Je suis très content de m’être fait ce cadeau !

BONUS : 10% de réduction avec le code TAPA sur tous les sites, cool, non ?
https://www.evo-spirit.com/produit/evo-ssc/

Atlas le robot gymnaste [T8000]

Impossible d’être passé à côté de la nouvelle vidéo de Atlas le robot anthropomorphe de Boston Dynamics qui avait défrayé la chronique il y a quelques mois lors du reveal de son existence.

L’équipe a mis en ligne une vidéo où l’on peut voir le niveau d’agilité du robot qui va même jusqu’à faire un saut périlleux… Franchement incroyable.

A noter que le meilleur ami d’Atlas, le robot chien-chelou SpotMini a eu droit aussi à son relookink

Ajoutons que Boston Dynamics a été acheté à Google par Softbank pour un montant non communiqué et que Softbank a créé un fond d’investissement de 100 milliards de $ pour accélérer la recherche sur l’intelligence artificielle.

Voilà, bienvenue dans le Futur.

Allez pour le plaisir, la 1er vidéo de Atlas de février 2016