InMost : Pixels et la métaphore de la souffrance [indieGames]

Commençons par regarder le trailer de InMost. Je pense que c’est ce qui m’a motivé à acheter le jeu sans réfléchir : une direction artistique pixels & amour, un univers sombre et la promesse d’aborder un sujet sérieux de manière métaphorique.

Du coup, j’avais volontairement éviter d’y jouer « gratuitement » via mon compte Apple Arcade pour faire l’expérience sur grand écran avec la sortie Switch. J’ai donc lancé le jeu en début de week end histoire de plier l’histoire dans la foulée.

Le jeu débute avec le personnage central, assis, sous la pluie, le pixel art est superbe, la musique est à la hauteur et elle nous accompagnera tout le long avec brio.

Manette en main, le jeu est un mélange de plateforme et de puzzle qui ne demande des skills que de manière ponctuelle. Les puzzles aussi sont pas trop complexes en général avec ces quelques moments de bravoures qui donnent ce sentiment au joueur d’avoir accompli quelque chose.

Dans InMost, on incarne plusieurs personnages avec des gameplays légèrement différents, l’Homme et la Petite Fille vont surtout résoudre des énigmes, le Chevalier va lui avoir à utiliser son arme pour se débarrasser des montres. L’expérience est toujours agréable même si certains passages manquent un peu d’intérêt en terme de jeu pur.

Comme vous l’avez vu dans la vidéo, le jeu propose un univers sombres et quelques moments de tension qui viennent renforcer l’ambiance générale et le sujet de fond du jeu. Bien sûr, impossible de parler ici de l’histoire qui compose une grande partie de l’intérêt du jeu.
L’histoire est justement le point de bascule dans l’expérience, en me renseignant sur le jeu, après l’avoir fait, j’ai réalisé que le propos avait touché certaines personnes et en avait ému d’autres. A titre personnel, je ne n’ai pas ressenti l’émotion comme en jouant à Gris ou récemment à What’s Remains of Edith Finch (on en parle dans un prochain article). De fait, InMost peut être un jeu très marquant pour ceux qui seront touchés et laissera un peu sur le côté ceux qui viennent chercher une aventure metroidvania sombre.

J’ai encore une petite critique mais elle est difficile à formuler sans en dire trop, mais pour résumer, il y a des moments frustrants où le jeu raconte des histoires alors que j’aurai aimé jouer, la position de spectateur dans un jeu est pas ma préférée… quitte à mettre juste des QTE…

Pour conclure, je ne peux que conseiller de regarder, voire d’essayer InMost pour son approche sombre et adulte. InMost représente aussi beaucoup de choses que j’aime dans les JV, un design superbe, des musiques qui plongent dans l’ambiance et surtout une expérience unique.

Le site officiel : https://inmostgame.com/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close